Khutba Du Vendredi 3 August 2018

Madina Munawwarah – La ville du parfum

Le thème du jour est axé sur le Hâdîç Sahih Bukhari, chapitre Madina Taba, page 252. Hazrat Anas (ra) a rapporté que de retour au Ghazwa-é-Tabuk pour Madina Munawwarah, le Saint Prophète (SAW) a dit que c’était Taba. Madina Munawwarah a plusieurs noms, et  titres, qui nous indique que cet endroit a un très grand statut.

Taba est parmi un des noms de Madina Munawwarah, et un autre nom est Tayyéba.  Tayyéba  est dérivé de Teeb, qui signifie parfum.  Madina est donc la ville du parfum, qui répand de tous côtés.  Le Créateur Accorde le Taufîq de ce parfum á qui Il veut.  De nos jours, les Ehlé Ishq et les Ehlé Adab ressentent ce parfum á travers les murs et les portes de cette ville.  Mufti Sahab s’est référé á un grand buzurg qui lui parlait du Maidan-é-Uhud, et Shuhada-é-Uhud.  Il  lui informa que le parfum s’émane partout où les Sahaba du Saint Prophète (SAW) sont devenus shaheed (martyrs).  C’est un parfum, ne se limitant pas que d’hier ou de nos jours, mais de plusieurs siècles.  Ce genre de parfum se répand également á l’endroit où se trouve le mazaar de Sayyeduna Amir Hamza (ra).

Au moment le Saint Prophète (SAW), a mis ses pieds mubarak dans cette ville, le nom Yathrib se changea en l’appellation de Madina Tayyéba ou Taba.  Le Créateur la Transforma en « Khushboo ka Shahar » – La Ville du Parfum, mentionné au Sahih Bhukhari, qui doit être lu avec amour et respect pour le Saint Prophète (SAW), sinon on fera créer ‘fitna’, et ‘fassad’ (la division) dans la société.  C’est approuvé par toutes les écoles des pensées, et la chaîne de narration est authentique.  Référence est faite au verset du Tajushariya, au sujet du parfum de Madina :

Saré chaman mein oos ki khushboo hai

Khushboo hai khushboo-é- Muhammad (SAW)

Ici, saré chaman (le jardin en entier) se réfère au Madina. Ce parfum se fait ressentir de tout angle au Badar, Uhud, Baqi, sur les montagnes ou Masjid-é-Nabawi, parmi d’autres endroits.

Selon Sahih Muslim, Hazrat Jabir bin Samra (ra) a rapporté que le Saint Prophète (SAW) passa sa main mubarak sur ses joues, et il ressentait une fraîcheur et un parfum provenant de ses mains sacrés.

Un second Hâdîç nous éclaire sur le fait que Hazrat Anas bin Malîk (ra) a rapporté que le Saint Prophète (SAW) dormait á son domicile, et qu’á un certain moment la sueur sortait de son corps mubarak, la mamam de Hazrat Anas (ra), apporta une fiole et la remplissait de cette sueur.  Le Saint Prophète (SAW) lui demanda ce qu’elle allait faire avec cette sueur.  Elle répondit qu’elle la mettrait dans une autre fiole pour qu’il y ait une hausse du parfum. Ce ne sont que les Ehlé Ishq qui pourront le comprendre par amour et respect pour le Saint Prophète (SAW).

Il y a un autre Hâdîç du Sahih Bhukhari, rapporté par Hazrat Jabir (ra), nous informant que la rue où passait le Saint Prophète (SAW), s’émanait toujours du parfum.  La personne qui prenait cette rue après lui, savait que le Saint Prophète (SAW) l’avait empruntée, en raison du  ‘khushboo hai khushboo-é-Muhammad’ (que du parfum, que du parfum du Saint Prophète (SAW))

Un tout autre Hâdîç nous enseigne que Hazrat Jabir (ra) voyageait en compagnie du Saint Prophète (SAW), lorsqu’il aperçut le ‘Mehré Naboowat’ (le sceau du Saint Prophète (SAW)) sur son dos mubarak, et qu’il l’embrassa.  Ceci dit, Mufti Sahab se demanda comment se fait-il qu’il n’y a pas d’objection lorsqu’on embrasse Hajré Aswad, et qu’il y ait des personnes qui critiquent et font des commentaires malsaines sur Hazrat Jabir (ra), du fait d’avoir embrassé le sceau du Saint Prophète (SAW).  Ces personnes devront lire Sahih Bhukhari, avec Tafsîr, d’un œil rempli d’amour et respect á l’égard du Saint Prophète (SAW). A la suite de cette action, Hazrat Jabir (ra) ressentait continuellement un parfum du musk sortant de sa bouche.

A’la Hazrat a dit :

Jaan hai Ishq-é-Mustapha roz fazoon karé Khuda

Jis ko ho dard ka mazaa naaz-é-dawaa uthaé kion

Le Créateur Renforcit notre amour et respect pour le Saint Prophète (SAW) – Ameen

Read More

Khutba Du Vendredi 27 Juillet 2018

Le sermon du vendredi 27 juillet 2018, prononcé á la Jummah Musdjid par Allama Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

Les conditions du Hâdj

Les quatre principes du Premier Jour du Hâdj, c’est á dire, 8ème Zil Hâdj sont :

  • Porter l’Ehraam
  • Diriger vers Mina
  • A Mina, accomplir les Salât : Zoh’r, Ass’r, Maghrib, Esha, puis l’accomplissement de la Salât Fadj’r
  • Rester á Mina jusqu’á la nuit

Deuxième Jour du Hâdj, 9ème Zil Hâdj :

  1. Après le lever du soleil, se diriger vers Arafat
  2. Au Maidan-é-Arafat, après l’heure du Zawal, ‘Wuqoof’ (se mettre débout jusqu’au coucher du soleil). Accomplir la Salât Zoh’r et celle de Ass’r, et passer toute la journée en lisant Tasbeeh, Tehleel, Daroûd Shareef, Daroûd-o- Salam et Du’a
  3. Après le coucher du soleil, se diriger vers Muzdalifah.  Il y un seul Azaan, et Iqamat pour la Salât Magrib et Esha, pour le FARZ et puis accomplir le SUNNAT). Par la suite, la lecture du Daroûd, Tasbeeh et Du’a sont recommandés
  4. Accomplir la Salât Fadj’r á Muzdalifah, et après la Salât Fadj’r, c’est Wajib d’y rester juqu’au lever du soleil.
  5. Après le lever du soleil, se diriger vers Mina

Troisième Jour du Hâdj, 10ème Zil Hâdj :

  1. Lapider le grand satan après le lever du soleil, avant l’heure du Zawâl est Sunnat
  2. Procéder au Qurbani
  3. ‘Halq’ raser la tête ou ‘Qasr’
  4. Tawâf-é-Ziarat

Ces quatre conditions sont Wajib.  Il faut les accomplir par ordre : (i) lapidation, (ii) Qurbani, (iii) Halq, (iv) Tawâf-é-Ziarat.  Si ce n’est pas par ordre, il est obligatoire de payer le ‘dam’.

Quatrième Jour du Hâdj, 11ème Zil Hâdj :

Ceux ou celles qui n’ont pas encore accompli Tawâf-é-Ziarat pourront le faire. Les personnes ayant accompli Tawâf-é-Ziarat, devront lapider satan.  En ce qui concerne la lapidation du satan, on commence par lapider le petit satan, puis le moyen, et en dernier le plus gros satan.

Cinquième Jour du Hâdj, 12ème Zil Hâdj :

Il est obligatoire d’accomplir Tawâf-é-Ziarat durant le 10ème, 11ème ou 12ème Jour du Zil Hâdj.  Si sans aucune raison valable, selon la Chariah, les pèlerins n’accomplissent pas le Tawâf-é-Ziarat, durant un de ces trois jours, devront le faire avec dam.  Au 12ème Zil Hâdj, il n’y qu’un travail, c’est la lapidation du satan – petit, moyen et gros.

En voici le résumé du Hâdj.  Par la Volonté du Créateur, ce résumé sera affixé sur le ‘Notice Board’ et sur le net du Jummah Musdjid.  On pourra le prendre comme guide pour l’accomplissement du Hâdj.

Le deuxième thème du jour est axé sur l’éclipse solaire et l’éclipse lunaire, en langue Arabe, Khusufus Shams, signifie l’éclipse solaire, et Khusuful Qamar signifie l’éclipse lunaire. Dans le Saint Qur’an, Soûrah Was Shams, le Créateur a Fait Serment sur le soleil, la lune et leur lumière.  Il y en a un secret et une sagesse en termes de ces deux planètes. Les deux sont parmi des signes d’une grande importance, qui sont  deux Créations d’Allâh Paak.  Tout comme l’être humain est sujette au Guide divine, ils sont aussi sujettes á la Loi divine.  Il est recommandé de lire Soûrah Was Shams et Wal Ass’r aussi bien que leurs commentaires pour mieux comprendre l’éclipse solaire et lunaire, et l’objectif et la sagesse du Créateur pour de tel phénomène.

Selon les Ahâdîç et d’autres livres, Quand il y avait l’éclipse solaire ou l’éclipse lunaire, le Saint Prophète (SAW)  accomplissait la Salât, il passait des longs moments en posture du ‘Roukou’, et ‘Sujood’, jusqu’á que les deux planètes reprennent leur lumière normale.  En ce qui concerne l’éclipse solaire, le Saint Prophète (SAW) accomplissait la Salât au Musdjid en congrégation, en récitant des longs Versets Sacrés.  Par contre, quand il s’agissait du l’éclipse lunaire, il accomplissait la Salât, mais pas en congrégation.

Mufti Sahab conseilla aux croyants de venir au Musdjid durant la soirée pour accomplir deux ou quatre Raka’t, pas en congrégation, et pour ensuite demander de du’a au Créateur.  L’accomplissement de la Salât individuelle au Musdjid ou á la maison provient du Livre de Fiqh –‘Fatawa Alamgiri’.

C’est le moment de demander de du’a et de se mettre debout pour le Salaam.  L’éclipse est le signe du Créateur, et il faut en tirer de la leçon.  Il faut surtout éviter toute mis conception, telle que ce n’est pas prudent de sortir de la maison, c’est une conception anti Islamique.  L’enseignement du Saint Prophète (SAW) est d’accomplir la Salât, de lire le Daroûd Shareef, et de demander de du’a.

A l’époque du Jahiliyat, (l’Ignorance), on s’associait l’éclipse avec la mort d’une grande personnalité, qui va á l’encontre des Ahádîç.  On ne devra pas associer l’éclipse solaire ou lunaire avec la mort de quelqu’un.  Ce sont des Créations d’Allâh Paak et ils sont sous Son Contrôle. L’accomplissement des prières sont primordiaux en de telle occasion. Mufti Sahab se référait au Khutba de son Ustaad Allamah Mufti Iftikhar Ahmad (ra), qui en une occasion de l’éclipse solaire, avait dit que la leçon est que les personnes ne devront pas se vanter en termes de leurs biens.  Tout comme le Créateur Contrôle la lumière solaire et celle de l’éclipse, dans un clin d’œil, Il pourra tout prendre de l’être humain, ses biens, son intelligence et tous ce qu’il possède.  Au lieu de réagir en toute fierté ou de semer la division dans la société, il vaut mieux  prendre la posture du Sadjda pour implorer Son pardon et de se corriger.

Il y a une très grande personnalité de l’Islaam, qui vient de se retirer du monde temporaire, en la personne de Tajushariya Allamah Mufti Akhtar Raza Khan (ra), tout en élaborant  sur son service á l’Islam, ‘Khidmat-é-Deen’, son grand amour pour le Saint Prophète (SAW), et son maintient au Aqeeda ‘la Foi’, sans aucun compromis.  En se retirant de ce monde, son visage était comme une rose. Il était un modèle pour les croyants. Iqbal a dit :

Nishan-é-mard-é-momin batu goyam

Choo waqt-é-marg ayad tabassum bar labé oost

Le signe du vrai momine (croyant) est qu’il quitte ce monde temporaire avec le sourire au visage. Allâh Paak lui Accorde le Nûr dans son qabr-é-anwar – Aameen.

La vie d’un être humain doit se baser sur ces quatre conditions :

  1. Imân    (La foi)
  2. Amaal-é-Salih (Les bonnes actions)
  3. Haq     (La vérité)
  4. Sab’r    (La patience)

En suivant ces quatre conditions, le monde pourra être secoué et non pas la Shariah.  On ne doit surtout pas manifester le non respect á l’égard du Saint Prophète (SAW).

Read More

Khutba Du Vendredi 20 Julliet 2018

Le sermon du vendredi 20 juillet, 2018, prononcé á la Jummah Musdjid par Allama Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

Faraïz-é-Hâdj – Hâdj et son obligation

La requête adressée á ceux et celles en partance pour l’accomplissement du Hâdj est d’apprendre les vraies procédures, surtout les rites obligatoires, en termes du Faraz du Hâdj, Sunnat du Hâdj, et le Wajib du Hâdj.  Les futurs Hajees pourront consulter des Ulémas pour une telle formation. D’autre part, il faut prendre en considération les aspects qui rompent le cinquième pilier de l’Islam.

Il y a pas mal de Kalaam et Naatein en la langue Ourdoue, de très longs Qasida que les personnes mémorisent facilement.  L’aspect du Hâdj sera mis en lumière á fin que ceux qui rendent visites aux futurs Hajees pourront le leur transmettre, en les demandant de le mémoriser. La requête du Mufti sahab est de mémoriser ce verset Arabique, au sujet du Faraïz du Hâdj :

Faraïzul Hâdjé salasa

Ihraamun wa tawafun wa waqufun be Arafa

Le trois Faraïz du Hâdj sont :

(i)  Ehraam   (ii)  Tawaf-é-Ziarat, et  (ii)  Wuqoof-é-Arafah

Ces trois obligations du Hâdj, en vers, seront mises sur le Notice Board du Jummah Musdjid, avec traduction et translitération.

Le thème du jour est axé sur  l’Ehraam et Hâdj.  Il y a quatre façons d’accomplir le Hâdj :  Hâdj-é-Qiraan ; Hâdj-é-Tamattu ; Hâdj-é-Ifraad, et en une façon générale.  La vraie intention émane du cœur, et pour le prononcer, la langue Arabe est recommandée. Donc, le niyât du Hâdj-é-Qiraan est ainsi : Après le bain, il y a deux rakât Nafil á lire, puis on fait le niyât qui suit :

Alllahumma inni ureedul Hadja wal umrata fa yassir huma li wa taqabbal  huma  minni

0 mon Créateur, j’ai l’intention d’accomplir le Hâdj-é-Qiraan, facilite le pour moi, tout en l’acceptant.

On peut le lire en n’importe quelle langue, mais c’est préférable de le lire en la langue Arabe, La langue du Saint Prophète (SAW).  Pour le Hâdj-é-Qiraan, on porte le même Ehraam pour l’Umrah et le Hâdj.  Ayant fait l’intention d’accomplir le Hâdj-é-Qiran, on fait le Tawâf, Saii, tout en préservant le même Ehraam jusqu’á avoir complété l’accomplissement du Hâdj.

Le Niyât pour le Hâdj-é-Tamattu est ainsi :

Allahumma inni ureedul umrata fa yassir la ha li wa taqabbal la ha minni

0 mon Créateur, j’ai l’intention d’accomplir le Hâdj-é-Tamattu, facilite le pour moi tout en l’acceptant.

 On porte l’Ehraam que pour l’accomplissement du Hâdj.

Après la présence au Makkah, on fait le Tawâf, Saii, puis on rase la tête et retire l’Ehraam. Au 8ème Zil Hâdj, on remet l’Ehraam.

Pour le Hâdj-é-Ifraad, on met l’Ehraam que pour l’accomplissement du Hâdj, et le Niyât est ainsi :

Allahumma inni ureedul Hadja fa yassir hu li wa taqabbal hu minni

O mon Créateur, j’ai l’intention d’accomplir le Hâdj-é-Ifraad, facilite le tout en l’acceptant.

Les opinions des Ulémas sont divers, selon Imâm Azam Abu Hanifa  No’man bin Sabit (ra), Hâdj-é-Qiran a un plus grand statut que Hâdj-é-Tamattu et Hâdj-é-Ifraad. Quant au Imâm Shaféi, Hâdj-é-Ifraad a un plus grand statut.

Le point de vue de Aleem-é-Madina, Baharé Uloom-é- sahibé-Madina, Imâm Malik (ra), est que Hâdj-é-Tamattu a le plus grand statut que Hâdj-é-Qiran et Hâdj-é-Ifraad.  Tous ont donné leurs raisons respectives.

Selon Imâm Malik (ra), la raison pour laquelle Hâdj-é-Tamattu est plus grand, est que dans le Saint Qur’an, le Créateur a Fait mention du Hâdj-é-Tamattu, c’est pour cette raison que ce Hâdj a un plus grand statut que Hâdj-é- Qiran et Hâdj-é-Ifraad.

Selon Imâm Shaféii, le Saint Prophète (SAW) a dit que pour  le Hâdj-é-Ifraad, on lit le Talbia, ‘Labaîk Labaîk’ répétitivement, donc pour la raison de cette répétition, Hâdj-é-Ifraad a le plus grand statut.

Hâdj-é-Ifraad comprend un très long parcours, c’est á la suite de ce long voyage que les pèlerins arrivent á Makkah pour l’accomplissement de ce Hâdj, donc il a le plus grand statut. En outre, en raison du ‘Halq’, le rasement de la tête, il a le plus grand statut.  Imâm Azam, Abu Hanifa  No’man bin Sabit (ra) a donné sa raison, par biais du Hâdîç, le Saint Prophète (SAW) a demandé á ses descendants de porter le même Ehraam pour l’Umrah et le Hâdj, donc ce Hâdj a le plus grand statut.

Selon plusieurs Ahâdîç très détaillés, la preuve est que le Saint Prophète (SAW) a opté pour le Hâdj-é-Qiran pour son Hâdj-ul-Wada, donc pour cette raison ce Hâdj a le plus grand statut.

Il est á souligner que Fiqh Hanafi ne va pas á l’encontre du Saint Qur’an, et des Ahâdîç authentiques.  Par rapport au Imâm Tahawi,  qui a écrit, en détails, Sharhé maa’ni ul aasaar, dans son livre, que le Saint Prophète (SAW) a accompli le Hâdj-é-Qiran pour Hâdj-ul-Wada, et puisque le même Ehraam est utilisé pour le Hâdj et l’Umrah, ce Hâdj a le plus grand statut.

Tout comme pour le E’tékaaf, le roza de celui qui l’observe est Accordé plus de récompense, car il a accompli deux prières en même temps : E’tékaaf et le jeûne.

Un autre exemple est que celui qui se bat dans le Chemin d’Allâh Paak, et en même temps protège les autres en se mettant en garde toute la nuit, sans dormir, obtient une plus belle récompense, en termes de ‘hifazat’, ‘Harasat’, et ‘Pehra déna’.  Il ne rate pas également la Salât, qui a un très grand statut.

Le statut du Saint Prophète (SAW) est très grand, par le fait qu’il a rencontré le Créateur.  Il a été Accordé une Grâce spéciale – ‘oun ki zaat wasila-é-uzmah hai’.  Il  reçoit le Faiz d’Allâh Paak pour l’accorder á son ummah, et que nous obtenions cette Grâce, par son wasila.

Udhar Allâh sé waasil idhar makhlooq mein shamil

Khawas iss barzakhé kubra hai harf-é-mushaddad

  Les derniers mots du Mufti Sahab est de prendre en considération ces trois Faraïz :

Ehraam           (ii)        Tawâf-é-Ziarat                        (iii)       Wuqoof-é-Arafah

Read More

Khutba Du Vendredi 13 Juillet 2018

Le sermon du vendredi 13 juillet, 2018, prononcé á la Jummah Musdjid par Allamah Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

Les signes de l’Acceptation du Hâdj

Il y a deux catégories des Hajees : (i) ceux dont leur Hâdj est Accepté, et (ii) ceux dont leur Hâdj est rejeté. C’est ainsi qu’il y a deux catégories de Hâdj – (i) Hâdj-é-Mabroor, et (ii) Hadj-é-Mardood (L’acceptation du Hâdj et le rejet du Hâdj). Cette acception ou ce rejet continuera jusqu’au Qayâmat.  Le Créateur Accepte ou Rejette le Hâdj de quelqu’un.

Le croyant devra  surtout pouvoir reconnaître les signes du ‘Hâdj-é-Mabroor’ (l’Acceptation du Hâdj).  Selon les Ulémas, quelques signes du ‘Hâdj-é-Mabroor’ sont : le Hâdj hormis des pêchés, des disputes et  non pour se glorifier, en termes du ‘show off’. Ce sont ceux qui veulent que les autres sachent qu’ils sont Hâjees, ils accomplissent le cinquième pilier pour les yeux d’autrui.

Des Ulémas ont aussi fait comprendre que l’Acceptation du Hâdj est possible quand les hajees nourrissent les pauvres avec une bonne intention et ils donnent le Sadqua dans le Chemin du Créateur.  Selon d’autres Ulémas, l’acceptation du Hâdj est dû, quant les hajees se transforment, en prenant que le chemin de la piété ( Taqwa o Taharat ki baharein rawan dawan hota hai).

A’la Hazrat a décrit merveilleusement cette Acceptation par ces lignes »

Oun ké Toufail Hâdj bhi Khuda né Kara diyé

Aslé murad haziri oos paak dar ki hai

En effet, Hâdj-é-Maqbool est réalisé par le Toufail et le wasilé du Saint Prophète (SAW), c’est ainsi que la vie du Hajee se transforme pour le mieux.

Dr Iqbal a dit :

Tujhé sajda karté huwé sadyan guzar gaiin

Ab wo sajda kar jo téri zindagi ko badal dé

 Le message est d’accomplir le Sadjda qui pourra transformer le train de la vie.  Il y a d’autres moyens pour une telle transformation, en termes de la piété, de la ponctualité de la Salât, de l’acquittement du Zakât, de l’observation du jeûne, du remplacement des Namaz omis, et en évitant le ‘haraam’, tout aspect illicite. C’est la bonne nouvelle pour Hâdj-é-Mabroor.

Le Saint Prophète (SAW) a dit que  de par l’accomplissement d’un Umrah á l’autre, les pêchés sont pardonnés, mais ce ne sont que les petits pêchés et non pas les grands pêchés.  En ce qui concerne les grands pêchés, il faut pouvoir demander pardon (toba) avec toute sincérité.  La récompense du Hâdj-é-Mabroor, est le paradis, c’est nul doute une très grande Récompense.  Mais quand il s’agit d’une très grande Récompense, l’effort devra aussi être immense.  Tout comme dans le domaine de l’éducation, pour un grand examen, la récompense est également grande.

En ce qui concerne le Hâdj, le résultat est acquis par le Toufail et ’Sadqa-é-Nalein-é-Paak du Saint Prophète (SAW), et surtout par le Taufîq du Créateur. Si l’intention est bonne et sincère, le Créateur Ouvre toutes Ses portes aux croyants.  Allâh Paak, en effet, Ouvre Ses portes á ceux qui font de très grands efforts pour atteindre Son Plaisir.  La Guidance est Accordée á cette catégorie des personnes.  ‘Ilm’ et ‘Hidayat (la connaissance et la Guidance) sont parfois opposées, satan était très éduqué, mais il n’a pas été Accordé la Guidance.  Il existe toujours des gens très éduqués mais qui n’ont pas été Accordés la Guidance. Mais il y a toujours les exceptions, c’est á dire, ceux qui ont la connaissance, aussi bien que la Guidance.

Dr Iqbal a dit :

Deen mojo andar kutub ay békhabar

Ilm-o-hikmat az kutub deen az nazar

La connaissance est acquise á travers les livres, mais ‘deen’ par biais des yeux des Auliahs’

Selon le Saint Prophète (SAW), la Récompense du Hâdj est le paradis.  Il sait donc qui sont ceux dont le Hâdj est Accepté et qui sont ceux qui entreront au paradis.  Ce sont les ignorants qui pensent que le Saint Prophète (SAW) ne possède pas ‘Ilm-é-Ghaib’.  Ils osent même se référer aux Versets 9 du Saint Qur’an, Soûrah Al Ahqaf, qui a été abrogé (mansukh) en Inna Fatahna Laka fatham mobina pour de telle mis conception.   Il faut dire aux Mullah qui ont de telles idées erronées comment ils feront face au Créateur et Son Saint Prophète (SAW), le Jour du Jugement.

A’la Hazrat a dit :

Tu ghataé sé kissi ké na ghata hai na ghaté

Jab ké barhaé tujhé Allah Taala téra

Aql hoti to Khuda sé na larayi lété

Yé ghataein oosé manzoor barhana téra

Ces gens irrespectueux á l’égard du Statut du Saint Prophète (SAW) devront lire le Saint Qur’aan á la ligne, et des Soûrah tels que : Wadduhah, Wal Fadjr, Wan Najm, et beaucoup d’autres.

Le Créateur a Fait le Saint Prophète (SAW) ‘Fathé Mobin’.  Avant le Fateh (la conquête)  du Makkah, le Saint Prophète (SAW) l’avait prédit, une année avant.. Il est au courant de tout autre résultat, et toute connaissance sur tout autre Nabi, Sahaba, Ahlé Bayt, Tabéïn, Swaléheen.  Il connait le passé, le présent et le futur de tout un chacun, une connaissance qui restera jusqu’au Qayâmat.  On ne doit pas mal interprété le Saint Qur’aan, surtout Soûrah Al Ahqaf Verset 9, pour induire les autres en erreur.

Dr Iqbal a dit :

Deen-é-mullah fi sabilillah fasaad

Deen-é-momin fi sabilillah jihaad

Il ne faut pas induire les autres en erreur pour l’intérêt personnel et il ne faut pas atteindre á la dignité du Saint Prophète (SAW) . Il personnifie le Nûr qui répand partout.  Il ne faut pas faire du commerce avec ‘Aqeeda’ (la foi).

Il ne faut pas manifester le manque de respect á l’égard de Madina Munawwarah, avant ou après le Hâdj, sinon au sens figuré, le Hâdj sera en feu, et également toutes les autres prières.  Quand il s’agit du ‘Aqeeda’, pas de compromis – C’est le Hâdîc Sahi , incluant Sahi Muslim, et Sahi Bukhari, en termes du Ilm Ghaib du Saint Prophète (SAW).

A’la Hazrat a dit :

Ghaiz mein jal jaein bé deenon ké dil

Ya RasoolalLah ki kasrat kijié

Read More

Khutba Du Vendredi 6 Juillet 2018

Le sermon du vendredi 6 juillet prononcé á la Jummah Musdjid par Allamah Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

Hadj et son obligation á la lumière du Saint Qur’aan et le Sunnah

Selon le dictionnaire, la définition du Hâdj est ‘Al Qasd’ – (l’intention) : Hadj comprend ces trois aspects : (i) Makhsoos Zaman, (ii) Makhsoos Libaas, (ii) Makhsoos Maqaam. Makhsoos Zaman signifie un temps spécifique, Makhsoos Libaas, c’est le vêtement spécifique et Makhsoos Maqaam est une indication sur les lieux spécifiques á visiter.

Le temps spécifique comprend les cinq jours du Hâdj : 8ème ; 9ème ; 10ème ; 11ème  et 12ème  Zil Hâdj.

Les endroits spécifiques á visiter sont : Khana-é-Kaaba, Safa Marwah, Mina, Arafat et Muzdalifa.

Le vêtement recommandé selon le Charia est Ehraam.

Chaque prière a sa raison d’être.  En ce qui concerne le Hâdj, il n’y a qu’un Kaaba, donc Hâdj est obligatoire pour ceux qui ont le moyen et le courage de l’accomplir une fois dans leur vie.  Les cinq Salât quotidiennes sont obligatoires chaque jour car le temps continue, aussi bien que l’obligation.

Depuis Hazrat Adam (as), jusqu’á Hazrat Isa (as), Hâdj n’était pas obligatoire sur l’Ummah d’aucun Nabi.  Seuls les Prophètes accomplissaient le Hâdj.  Ce n’est que par la grâce du Saint Prophète (SAW) que le Hâdj est Farz sur son Ummah.

Le Saint Prophète (SAW) a accompli le Hâdj avant l’émigration á Madina Munawwarah, mais ce n’était pas obligatoire .Il y a plusieurs opinions au sujet de l’obligation du  Hâdj  au 5ème, 6ème ou 8ème Hijri, même au 7ème Hijri.  Après que le Hâdj devint obligatoire, le Saint Prophète (SAW) a accompli qu’un seul Hâdj (Hâdjat-ul-wada), de Madina Munawwarah, au 10ème Hijri.  Le Saint Prophète (SAW) envoya Hazrat Abu Bak’r Siddiq (ra) pour l’accomplissement du Hâdj, au 9ème Hijri.

Au 10ème Hijri, un bon nombre des Prophètes étaient présents, quand le Saint Prophète (SAW) accomplissait le Hâdj, pour en citer : Hazrat Mousa (as) et Hazrat Isa (as).  Selon Sahi Muslim, Le Saint Prophète (SAW) a dit que lorsqu’il passait auprès du qab’r de Hazrat Mousa (as), il accomplissait la Salât.  C’était ainsi, que le Saint Prophète (SAW) pouvait voir les Prophètes, accomplissant le Hâdj.  Les Prophètes restent vivants même après leur wisaal.

A’la Hazrat a dit :

Tu zinda hai wallah tu zinda hai wallah

Méré chashmé aalam sé chup jané walé

Le Saint Prophète (SAW) a eu le Taufîq de voir les Prophètes, en vie, dans leur qab’r.

A’la Hazrat a prononcé ces mots remplis de sagesse :

Oun ké Toufail Allâh né Hâdj bhi kara diyé

Aslal usool haziri oos paak dar ki hai

Les Momine ont eu le cadeau du Hâdj de par le ‘Toufail’ et ‘naleine ka sadqa’ du Saint Prophète (SAW).  De par ce Toufail, on est présent en un tel lieu sacré.  C’est obligatoire pour celui qui a le moyen et le courage, tout en laissant le moyen pour la survie de sa famille durant son absence, d’accomplir le Hâdj.  Celui qui a l’intention d’accomplir le cinquième pilier de l’Islam, devra le réaliser le plus vite possible, car on ne sait á quel moment la mort puisse le surprendre.

La question qui se pose est, si le Hâdj est devenu obligatoire au 9ème Hijri, pourquoi le Saint Prophète (SAW) l’a accompli au 10ème Hijri ?  La raison est que le Saint Prophète (SAW), n’est pas comme nous, et nous ne sommes pas comme lui.  Le Saint Prophète (SAW) avait la conviction, qu’il se retirerait physiquement du monde temporaire, au 10ème Hijri.  Par contre, nous ne savons pas quand la mort nous surprendra, donc nous ne devrons pas attendre pour accomplir le Hâdj.

Ceci dit, le Saint Prophète (SAW) est toujours vivant.  A’la Hazrat a dit :

Wo jo na thé to kuch na tha wo jo na hon to kuch na ho

Jaan hein wo jahaan ki jaan hai to jahaan hai

Au cas le Saint Prophète (SAW) n’éaitt pas vivant, la nature n’aurait pas eu sa raison d’être – « Baharé zindagi ounhi ké dam sé hein ».  A l’exception du Saint Prophète (SAW), personne d’autre n’a le pouvoir de connaître quand il sera mort.  Donc, c’est l’heure de se réveiller pour l’accomplissement du Hâdj.

Selon le Hâdîç, rapporté par Hazrat Abdullah ibné Abbas (ra), le Saint Prophète (SAW) a dit qu’il y a nul doute que le Hâdj est obligatoire pour le croyant.  Puisque le Saint Prophète (SAW) l’a dit, le Créateur a Ordonné que le Hâdj devienne obligatoire.  Akra bin Habis (ra), un Sahaba, s’est mis débout pour demander au Saint Prophète (SAW) si le Hâdj est obligatoire chaque année ? Cette question lui est venu á l’esprit tout en pensant á l’obligation du roza et zakât annuellement. En comparaison á ces deux piliers, Hâdj est difficile á accomplir chaque année.  A cette question, le Saint Prophète (SAW) lui répondit que s’il avait dit ‘oui’, le Hâdj aurait été obligatoire chaque année, car le destin change sur un ‘oui’ ou un ‘non’ du Saint Prophète (SAW), de par la Grâce du Créateur.

Dr Iqbal a dit :

Nigah-é-mardé momin sé badal jaati hein taqdeerein

Et, A’la Hazrat a écrit un livre sur le même contexte, intitulé ‘Nubzatul labeeb anna tashriya bé yadil habeeb’, ayant comme référence plusieurs Ahâdîç.  Hâdîç nous donne la preuve que le Saint Prophète (SAW), selon la Charia est ‘Malik-o- Mukhtar’, une Grâce Accordée par le Créateur.  Donc, ceux qui prétendent que le Saint Prophète (SAW) est un être humain comme nous devront se réveiller d’une telle conception.

Le Saint Prophète (SAW) n’a pas donné une réponse affirmative á Hazrat Akra bin Habis (ra), si non Hâdj aurait été obligatoire chaque année, et les croyants n’auraient pas eu le moyen et le courage d’accomplir le Hâdj, chaque année.  Il y a toujours une raison, une sagesse et une philosophie sur chaque réponse du Saint Prophète (SAW).

Il y avait aussi une raison pour laquelle le Créateur a poussé le Sahaba á poser cette question.  Il est á souligner que même les munafeeqeen n’osaient pas défier l’autorité du Saint Prophète (SAW).

Le Saint Prophète (SAW) a dit que le Hâdj est obligatoire une fois dans la vie, et les autres Hâdj sont considérés comme Nawafil.

Mufti Sahab a conclu son Khutba par ces beaux vers du Dr. Iqbal :

Quwwaté ishq sé har past ko baala kardé

Dahr mein ismé Muhammad sé ujala kardé

Read More

Khutba Du Vendredi 29 Juin 2018

Le sermon du vendredi 29 juin, 2018, prononcé á la Jummah Musjid par Allama Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

La philosophie du Namaz

Le thème du jour est axé sur deux aspects importants qui sera élucidé á la lumière du Hâdîç Sahi Bukhari, en termes de deux moyens pour se rapprocher du Créateur :

  1. La proximité divine par moyen du Namaz Farz
  2. La proximité divine par moyen du Namaz Nawafil

Il est obligatoire d’accomplir les cinq prières quotidiennes – Quelle est la philosophie de ces cinq prières obligatoires ?  Les Namaz Farz marchent de paire avec les Namaz Sunnat, depuis la Salât Fad’jr jusqu’au Esha.  Les Salât Nawafil  y sont aussi inclus, á l’exception de Namaz Fadj’r et As’r, qui comprennent que Sunnat et Faraz.  La philosophie du Namaz implique la Salât Farz, Sunnat et Nafil, qui nous rapproche au Créateur.

L’objectif du Namaz est que le Créateur Accorde l’opportunité au croyant á s’approcher de Lui.  Par biais de cinq Salât quotidiennes, Allâh Paak Donne l’occasion á son serviteur de s’approcher á Lui, jour et nuit. Outre, il y a les Nawafil, qui sont plus nombreux que les Salât Farz.  La Salât Farz se limite á 2, 3, ou 4 Raka’at, tandis que la salât Nawafil  n’a pas de limite, on peut l’accomplir autant que nous souhaitions, 2, 4, 8, 10, 12, ainsi de suite, á l’heure permissible.

La Proximité divine est possible de par l’accomplissement de la salât Faraïz et Nawafil.  La raison pour laquelle Ummat-é-Muslima se tiennent á distance du Bargha-é-Mowlah et du Bargha-é-Mustafa, est qu’ils n’accomplissent pas la Salât, on n’a qu’á constater le nombre de Musallis au Musdjid après le mois sacré de Ramadwan.  Il y a beaucoup d’autres qui accomplissent que la Salât Farz, en négligeant le Sunnat, ou le Sunnat Muwakkedah.  Ils ne prennent pas en considération la beauté de la Salât Sunnat.  Il n’est pas recommandé d’omettre la salât Sunnat du Namaz, car elle a une grande importance.

Pourquoi donc le Saint Prophète (SAW) accomplissait la Salât Sunnat ?  Il était pourtant le Habib, le Mehboob et Sahebé Sharyat, il accomplissait la Salât Farz, aussi bien que la Salât Sunnat.  Après avoir accompli la Salât Farz, on ne devra pas penser que la Salât Sunnat est un fardeau.  En l’accomplissant, on fait preuve de notre amour pour s’approcher du Créateur et de Son Rasoûl (SAW). On n’a qu’á demander aux Auliah et les AhlulLah sur la beauté et le plaisir de l’accomplissement du Namaz Farz, Sunnat, Nawafil, Sunnat-é-Muwakkedah, et Ghair Muwakkedah.

Mufti Saab se souvient que quand il arrivait tout juste á Maurice, il chercha le conseil d’un buzurg.  Ce dernier lui suggéra de ne pas manquer d’accomplir Sunnat-é-ghair Muwakkedah.  Il a suivi le conseil du Buzurg, qui était un Sufi et Wali.  Il consacrait son temps á accomplir toutes les Salât, y compris Sunnat-é-Muwakkedah et Sunnat-é-Ghair Muwakkedah.

C’est l’heure de constater combien de temps on consacre aux aspects personnels et combien de temps est alloué aux prières.  On trouve bien du temps pour gheebat, fasad, fitna, mais on consulte l’heure durant la Salât, s’inquiétant sur le temps pour l’approche du Créateur.  On ne soucie pas sur le fait que Namaz nous rapproche du Tout Puissant, tout en nous Accordant la Vision divine.

Selon le Hâdîc Sahi Bukhari, rapporté par Sayyiduna Abu Huraira (ra), le Saint Prophète (SAW) a dit qu’Allâh Paak a Accordé á Son serviteur le Farz qui le rapproche á Lui. Ce Farz implique la Salât ou les autres Farz, car il y a différents types de Farz.  Que ce soit le type du Farz, chaque Farz rapproche le croyant au Créateur.

Le Muballigh-é-Islam, Shah Ahmad Noorani Siddiqui (ra) était toujours ponctuel au Namaz Farz et Namaz Tahadjjud.  Des Ulémas témoignent que même durant le voyage, il ne ratait pas la Salât Tahadjjud.

En accomplissant Nawafil, le croyant s’approche au Créateur et devient Son bien-aimé (Mehboob).  Le Créateur lui Accorde un si grand amour qu’il  devienne son œil, ses oreilles, ses mains et ses pieds.. C’est une puissance par laquelle, il voit et entendre de près et de loin (Jo Allah ka ho gaya Allâh ouska ho gaya).  Son du’a est Accordé, tout en restant sous la Protection du Créateur contre tous les maux.

A’la Hazrat a dit :

Door o nazdeek ké sunné walé wo kaan

Kaan-é-laalé karamat pé lakhon salaam

Dr Iqbal a dit :

Majo deen andar kutub ay be khabar

Ilm o hikmat az kutub deen az nazar

Maulana Shah Ahmad Noorani Siddiqui (ra) était Alim, Sufi, Wali, dotait d’une très grande intelligence et sagesse. Dr Iqbal a dit que la connaissance ne se limite pas aux livres, elle est acquise sur les yeux des Momine – (Faizan-é-Nazar) du Sufi et wali.

Au début, le Saint Prophète (SAW) se tournait vers Bait-ul-Muqaddas pour la Salât, puis son souhait de se tourner vers Khana-é-Kaaba fut Accordé.  De par le respect et l’amour pour le Saint Prophète (SAW), les Sahabas le faisaient également sans demander la raison.

A’la Hazrat a dit :

Allah ki sarta ba qadam shaan hein yé

Inn sa nahin insaan wo insaan hein yé

Quran to imaan batata hai inhein

Imaam yé kehta hai méri jaan hein yé

Donc la connaissance n’est pas acquise que par les livres, c’est plutôt de par le Nigah-é-Mustafawi.  Durant le Hijrat, par amour pour le Saint Prophète (SAW) 70 Ansar sont devenus Shaheed, durant la Bataille de Uhud et Badr (4 Muhajir et 66 Ansar).  Il y en a, dont les flèches ont atteint l’estomac, en protégeant le Saint Prophète (SAW).  En ce qui concerne le Sahaba Qatada bin Noman (ra), un œil fut arraché par la flèche de l’adversaire, en protégeant le Saint Prophète (SAW).  Le dernier Messager (SAW)  remettait l’œil á sa place, et après un tel miracle, l’œil du Sahaba devenait plus éclairé du Nûr, et plus puissant.

Hazrat Talha (ra) perdit l’efficacité d’une de ses mains, en protégeant le Saint Prophète (SAW).  Tous ces sacrifices étaient accomplis pour l’amour du Saint Prophète (SAW) – (Ishq-é-Muhammadi).

A’la Hazrat a dit :

Karoun téré naam pé jan fida na bas ek jan do jahan fida

Do jahan sé bhi nahin ji bhara karoun kia karoron jahan nahin

Read More

Khutba Du Vendredi 22 Juin 2018

Le sermon du vendredi 22 juin, 2018, prononcé á la Jummah Musdjid par Allamah Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

La proximité divine

Quels sont les moyens pour être proche au Créateur ?  Il y en a plusieurs, la plus importante est ‘As Salât’ – Namaz.  La ponctualité et la régularité au Salât nous rapprochent au Créateur. Namaz est le plus grand wasilah de la proximité divine.

Le premier Chapitre du Saint Qur’aan est le Soûrah Fatéha, qui porte plusieurs noms, parmi ces beaux noms est ‘Soûratus Salâh’ (le Soûrah du Namaz).  La raison est qu’il est obligatoire de lire ce Soûrah á chaque Salât, que ce soit la Salât Farz, Sunnat, Nafil ou Wajib, nous devrons le lire á chaque Rak’aat.  Namaz a une si grande importance que le Sourâtus Salâh est au commencement du Livre Sacré. C’est une recommandation et obligation de lire le Soûrah á chaque Raka’at de la Salât. L’importance de la Salât est aussi accentuée par le fait que le Créateur a Accordé le nom Soûratus Salah á un Soûrah. Donc, il y a plusieurs moyens pour être proche au Créateur, mais  le plus solide lien est Namaz.

Selon le Hâdîç, le Saint Prophète (SAW) a dit que le croyant qui accomplit la Salât avant le lever et également avant le coucher du soleil n’ira pas dans l’enfer.  L’objection qui surgit est pourquoi ce ne sont que ces deux Namaz, c’est á dire, Namaz Fadj’r et Namaz As’r, qui nous protègent de l’enfer ?  Il y a, cependant, deux autres Namaz – La Salât Fadj’r et la Salât Esha, que le Saint Prophète (SAW) a fait mention pour notre protection de l’enfer.  Les autres Ahâdîç font mention des cinq Salât quotidiennes.  L’étude des autres Ahâdîç nous apportera ample connaissance sur le message du Saint Prophète (SAW).

La réponse est que celui qui accomplit régulièrement Namaz Fadj’r et As’r avec sincérité, est Accordé le Taufîq de cinq Salât quotidienne.  Il sera protégé des pêchés et des mauvaises actions.  Il est á souligner que les cinq prières quotidiennes sont obligatoires.  Selon le Hâdîç, au Jour du Jugement, la première question qui sera posée au serviteur du Créateur est  sur ‘Salât’, sur les cinq Namaz, au quotidien.

Il y a le Hâdîç qui se réfère au ‘Thandi Namaz’ : (i) Namaz Fadj’r et As’r et (ii) Namaz Fadj’r et Esha.  La question qui surgit est pourquoi une si grande importance á ces Namaz, quelles sont leurs spécialités ?  Il y a, en effet, plusieurs raisons, parmi :

  • Durant la Salât Fadj’r et celle de As’r, les anges sont présents, et les anges Karaman/Katébeen nous protègent.  Donc, de par la présence des anges, le statut de tels Namaz est rehaussé. Pensons maintenant, si le statut de Namaz est rehaussé par la présence des anges, quel en sera le statut du Namaz de par la présence du Saint Prophète (SAW) durant sa vie physique.  Le statut du Namaz est aussi rehaussé de par la présence des Ahlé Bayt et des Sahabas.
  • Une deuxième raison est que l’horaire du Namaz Fadj’r, c’est normalement l’heure de dormir. Pour certains, c’est difficile de se réveiller á cette heure pour l’accomplissement de la Salât.  En ce qui concerne Namaz As’r, c’est l’heure du commerce, donc c’est l’épreuve de l’instinct pour pouvoir rompre le sommeil á l’heure du Namaz Fadj’r, et c’est une autre épreuve de quitter le commerce pour l’accomplissement du Namaz As’r.  Donc, en se réveillant le matin pour accomplir le Namaz Fadj’r, et en quittant le commerce pour accomplir Namaz As’r nous protègent du feu de l’enfer.  En maîtrisant notre instinct qui est difficile, nous apporte de la Grâce et le paradis.  Se levant pour le Namaz Fadj’r et laissant le commerce pour le Namaz Ass’r sont des sacrifices qui nous mènent vers Jannat.  L’action de se réveiller á l’heure de la Salât Fadj’r, et de rester éveiller jusqu’au l’heure du Namaz Esha est bénéfique pour le croyant, c’est le sacrifice qui nous fait entrer au paradis.

L’amour et le respect pour le Saint Prophète (SAW) nous font penser á Hazrat Ali (ra) qui n’osait pas réveiller le Saint Prophète (SAW), qui dormait sur ses jambes á l’heure du Namaz As’r.  Le Saint Prophète (SAW) avait accompli Namaz As’r, tandis que Hazrat Ali (ra) ne l’avait pas encore accompli.  Pour Hazrat Ali (ra), il fallait plutôt sacrifier Namaz As’r que de sacrifier le sommeil du Saint Prophète (SAW).  Il pensait qu’en une telle condition, il accomplira le Namaz Qaza. De par cette pensée, ses larmes tombaient sur le visage Mubarak du Saint Prophète (SAW).  Le Saint Prophète (SAW) se réveilla et lui demanda pourquoi il pleurait.  Ayant reçu la réponse, le Saint Prophète (SAW) a fait signe, par son doigt mumbarak, au soleil de se retourner, pour que Hazrat Ali (ra) puisse accomplir la Salât As’r á l’heure appropriée, et le Namaz Qaza n’avait pas sa raison d’être.

Le Hâdîç d’un tel waquiah est sahi (authentique), et non pas faible, provenant d’une chaîne de transmission.  « Yé Qudrat-é-Mustafawi  hai», rapporté par Jalaluddeen Suyuti (ra).

Ala Hazrat a dit :

Suraj ulté paon palté chand ishaaré sé huwa chaak

Andhé nadjdi dekh lé qudrat Rasulullah ki

Mawla Ali né waari téri neend pé namaz

Wo bhi As’r jo aala khatar ki hai

D’autre part, Hazrat Abu Bak’r Siddiq (ra), au Ghar-é-Thaur, était prêt á sacrifier sa vie pour le Saint Prophète (SAW).  Pour l’amour du Saint Prophète (SAW), Hazrat Ali (ra) a voulu sacrifier son Namaz, á fin de ne pas rompre le Sommeil du dernier Messager (SAW), et Hazrat Abu Bak’r (ra), sa vie.  De par le Mowdijah du Saint Prophète (SAW), ni le namaz de Abu Bak’r Siddiq (ra), ni la vie de Hazrat Abu Bak’r Siddiq (ra) furent sacrifiés.  C’est ce qui démontre l’amour et le respect de deux Sahabas á l’égard du Saint Prophète (SAW).  Allah Paak nous Accorde le Faiz des Sahabas – Aameen.

Read More

Khutba Du Vendredi 15 Juin 2018

Le sermon du vendredi 15 juin, 2018, prononcé á la Jummah Musdjid par Allama Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

Les Bienfaits du Zik’r et Shuk’r  (Penser au Créateur et á Son Rasoûl (SAW) et les Remercier)

Le thème du jour est une suite de celui du vendredi dernier.  Tout d’abord, la question qui surgit est : Est-ce qu’il y a une connexion entre Zik’r et Shuk’r, est-ce qu’il y a un lien entre la pensée du Créateur et le remerciement ?  La réponse est positive, car il y a un lien très solide  entre les deux.  Ils marchent de paire, au moment qu’il y ait Zik’r, il devrait avoir Shuk’r. Dans le Saint Qur’an, mention a été faite : « Faz kuruni azkurkum washkuruli  »  – Allâh Paak a Dit : Pensez á Moi, Je Penserai á vous et soyez reconnaissant á Moi  ».  Le Créateur a en premier lieu Fait mention du Zik’r, et ensuite du Shuk’r.  La semaine dernière référence a été faite sur le du’a suivant :

Allahumma  a inni ala Zikrika wa shukrika wa husni ibadatik

0 ! le Tout Puissant, Aide moi á penser á Toi et t’Adorer dans la meilleure façon.  Selon le Hâdîç, le Saint Prophète (SAW) a dit de penser á Allâh Paak, en premier, pour ensuite Le remercier – premier Zik’r et deuxième Shuk’r.  Que ce soit ‘Kalam-é-Ilahi’ ou ‘Kalam-é-Mustafawi, Zik’r vient toujours en premier et ensuite Shuk’r. Ce n’est qu’après avoir fait le ZikrulLah et le Zikr-é-Mustafawi, que le Créateur Accorde aux croyants le Taufîq de Le remercier et de remercier Son Rasoûl (SAW).  La raison est que seul, ceux qui sont en vie, pourront remercier le Tout Puissant et Son dernier Messager (SAW).  De par le shukoor, on devient shakir.  On présente un cadeau á quelqu’un lorsqu’il est vivant, on ne le fait pas après sa mort.  La vie du croyant repose sur le Zik’r et Shuk’r, le défunt n’a pas d’autorité pour le remerciement .  Le Hâdîç nous en donne la preuve, le Saint Prophète (SAW) a dit que le croyant est vivant tant qu’il fait le Zik’r (Allah ké Zik’r sé momine zinda hota hai), et celui qui reste insouciant du Zik’r est considéré comme étant mort.  C’est dans le même contexte qu’il a dit : « Allahumma a inni ala Zikrika wa Shukrika wa husni ibadatik »

Il y a la beauté et la perfection de par ces paroles sacrées du Saint Prophète (SAW).  Seuls le Créateur et Son Rasoûl (SAW) savent la profondeur de cette réalité, c’est au dessus de la connaissance et de la perception des êtres ordinaires.

Les Ashiq-é-Rasoûl ont un différent style, A’la Hazrat a dit :

Shukr Khuda ké aaj ghari oos safar ki hai

Jis par nisaar jaan-é-falah-o-Zafar ki hai

Nous n’avons qu’á les demander au sujet des Grâces de Safar-é-Madina qui, est une très grande Grâce, primée sur toutes les autres Grâces.  En remerciant le Créateur pour un tel voyage, la beauté de la perfection du Saint Prophète (SAW) est mise en exergue.  A’la Hazrat a dit :

Tujhé hamd hai Khudaya Tujhé Hamd hai Khudaya

Tujhé Yak né yak banaya

Ceux qui vont accomplir  l’Umra et le Hadj, le Louange d’Allâh Paak est á son comble, au plus grand niveau.  Donc, ceux qui font le Zik’r et le Shuk’r sont considérés vivants, tandis que ceux qui ne pensent et ne remercier pas le Créateur, sont considérés comme morts, malgré qu’ils sont toujours en vie.

Après la bataille de Badr, les martyrs ne sont pas considérés comme étant morts, car ceux qui donnent leur vie dans le Chemin d’Allâh Paak restent vivants.  Nous devrons maîtriser notre langue pour ne pas dire qu’ils sont morts.  Imâm Hussein (ra) ne peut être considéré comme mort, ainsi que les autres martyrs du Karbala, malgré que le roûh est sorti du corps.

Par contre, malgré que Abu Lahab, Utba, Sheiba, Abu Jahal étaient vivants, ils étaient considérés comme morts par le Créateur.  Le Saint Prophète (SAW) a fait mention du Zik’r en premier, pour que nous soyons vivants.  La vie se catégorise en ces deux aspects : (i) la vie physique, et (ii) la vie spirituelle, et référence est faite au deuxième aspect, qui est Accordé aux croyants de par le Zik’r et Shuk’r.  C’est ce qui indique la vie réelle, qui est acquise par les différentes branches du Zikr, pour en citer : Taraweeh, Tasbeeh, Tilawat, Salât, Roza, Sadqua, Zakât, Daroûd o Salaam.

Dans la vie actuelle, le Zik’r met fin aux divers problèmes et tensions.  Nous devrons l’accomplir constamment.  Ce faisant, il y aura remède, tout comme les prescriptions médicales des différentes branches.  Tout comme le Zikr, Shuk’r est primordial, nous ne devrons pas nous troubler par des avoirs non acquis, nous devrons plutôt considérer sur l’acquisition de la Grâce divine.  La plus grande Grâce, c’est ‘Imân’ (la foi) et d’avoir eu le Taufîq d’être l’Ummah du Saint Prophète (SAW). Donc, nous devrons pouvoir faire le ZikrulLah et le Zikr-é-Mustafawi, jour et nuit.  Par la suite des Tasbeeh, le Créateur nous Accordera la Grâce de Le remercier, et nous resterons en vie.

 

Dr Muhammad Iqbal a dit »

Mowt ko samjha ghafil né ikhtétaam-é-zindagi

Hai yé shaam-é-zindagi subh-é-dawaam-é-zindagi

Les non croyants pensent que la vie termine après la mort, contrairement au concept des croyants.  Ces derniers continuent á faire le Zikr et le Shuk’r, jusqu’au dernier moment, qui les aident á rester vivants.

Le du’a suivant est recommandé :

Allahumma a inni ala zikrika wa shukrika wa hushné ibadatik

Et

Le Daroûd Shareef qui suit. pourra être lu un millier de fois et plus :

Allahumma swalli wa sallim wa barik ala sayyedena Zakir/Shakoor/Muhammad Ash Shakir

Swallallahu alaihi wa sallam

Read More

Khutba Du Vendredi 8 Juin 2018

Le sermon du vendredi 8 juin, 2018, prononcé á la Jummah Musdjid par Allama Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

Husn-é-Ibadâh  (La beauté de la prière)

Ce mois sacré se catégorise en deux aspects : (i) Ramzaan, et (ii) les Grâces du Ramzaan.  Il y a quatre points á prendre en considération, en les conservant au cœur. Les personnes fortunées qui ont eu le Taufîq de respecter ces quatre aspects, sont accordées les Grâces du Mahé Ramzaan :

  • ZikrulLah   (Penser au Créateur)
  • ShukrulLah ( Remercier le Tout Puissant)
  • Al Ibadâh ( Adorer Allâh Paak)
  • Jamal-ul-Ibadâh (La beauté de la Prière)

Dans le Saint Qur’aan, le Créateur a Dit : 0 les croyants , pensez á moi et Je Penserai á vous, et montrez de la gratitude á Mon Egard, et ne sois pas ingrat.  Il y a un message provenant de la source du thème du jour.  Il y a toujours un message émanant du du’a du Saint Qur’an ou celui du Hâdîç.  La  supplication contient toujours un message, et le meilleur du’a provient toujours du Créateur et de Son Rasoûl (SAW).  Le fameux du’a est : 0 Allâh, Aide moi á penser á Toi, á Te  remercier et á T’adorer dans la meilleure façon.

Par rapport aux Sufia, comme signe d’indication, il y deux écoles de pensée : Fik’r et Zik’r.  Le du’a du Saint Prophète (SAW) est considéré comme Hakeemana, Aleemana, et Sufiana.  Il faut prendre en considération que par biais de ce du’a, le Saint Prophète (SAW) a fait mention de la prière, aussi bien que la beauté de la prière.

Nous savons tous la signification de la prière, quelle est donc la signification de la beauté de la prière ?  Si les croyants essaient de comprendre cette signification, Ils seront acquis de la beauté de la prière.  La signification est très vaste et demande beaucoup de temps pour la définir.  Pour le moment, la définition du ‘Husn-é-Ibâdah’ sera abordée.  Le Créateur a Dit : Pensez á moi, en pensant á Lui est une prière. D’autre part, quand le Créateur Pense á nous, c’est de la beauté de la prière (Husn-é-Ibadah).  Beaucoup sont ceux qui font le ZikrulLah, ils pensent au Créateur, ce qu’ils devront savoir est si le Créateur Pense á eux.  Quand on pense au Créateur, c’est de la prière, et quand Il pense á Ses serviteurs, c’est la beauté de la prière.

Le Saint Prophète (SAW), les autres Prophètes, les Sahaba, les Ahlé Bayt, les Swaléheen, et les Siddiqeen pensent au Créateur et Il Pense á eux, donc c’est de la prière, aussi bien que la beauté de la prière.  Les munafeeqeen accomplissent la prière, en faisant de  longue prosternation, ils font usage á toutes les postures.  Ils pensent au Créateur, mais Il ne pense pas á eux, et ils iront en enfer, car le Tout Puissant n’a pas Besoin de notre prière, Il s’Attend á la beauté de la prière.  Les munafiqeen, les envieux et ceux qui sèment la division accomplissent la prière, mais ils ne sont pas Accordés la beauté de la prière.

La gratitude est très Apprécié par le Créateur, en termes de la prière et remerciement á Allâh Paak.  On pourra Le remercier en faisant des nawafil.  Nous ne devrons pas penser qu’on n’a pas eu la possibilité de posséder telle et telle chose.  Nous devrons toujours montrer de la Gratitude pour les Grâces Accordé par Allâh Paak, le Miséricordieux et le Tout Miséricordieux.  La plus grande Gâce, c’est ‘Imân’ (la Foi).

Il y avait un Wali Allah qui a vu un non croyant, entrant dans son jardin, en toute opulence, il ne manquait de rien et il jouissait de tout matériel.  Donc, la complainte du Ariff fut malgré qu’il était l’ami d’Allâh Paak, il n’avait même pas des souliers pour mettre aux pieds et que l’autre qui était l’ennemi de Dieu, avait tous les conforts. Donc, le Créateur lui Demanda, s’il voulait tous ces matériels en échange du Imân.  Le Wali Allah réalisa tout de suite son erreur et implora le Pardon divin.  La foi comprend toutes les Grâces.  De nos jours, notre société se confronte á tout genre des problèmes, des tensions et des dépressions, la meilleure solution est de penser et de remercier le Créateur. Le message du Saint Prophète (SAW) est axé sur ‘ZikrulLah’ et ShukrulLah’ (penser et remercier le Créateur).

Quel est le wazifah pour l’acquisition de la beauté de la prière ?  Les Ahlé Haq  l’ont acquise en faisant le ZikrulLah et le Zikr-é-Mustafa (SAW).  En le faisant, c’est un amalgame de la prière et de sa beauté.

A’la Hazrat a dit :

Zikr ounka jo Khuda sé  juda chaho munkiro

Wallah Zikr-é-Haq nahin kunji saqar ki hai

ZikrulLah et Zikr-é-Mustafa (SAW) se transforment en ‘Husn-é-Ibâdah’ (la beauté de la prière). Celui qui souhaite la beauté de la prière est recommandé de faire le ZikrulLah et le Zikr-é-Mustafa (SAW).  Maulana Hasan Raza Khan a dit :

Dil mein ho yaad téri gosha-é-tanhaï ho

Il est á souligner que lorsque nous lisons le Daroûd Shareef et le Salam, le Nom d’Allâh Paak y est inclus. « Swallallaho Alai hi wasallam ».  C’est cet amalgame qui fait la beauté de la prière.

L’acquisition de la beauté de la prière est possible durant ce mois sacré du Mahé Ramzaan par la lecture du Saint Qur’aan, le jeûne, la Salât Tahadjjud, l’Itékaf et ses nuits en prières. Durant les dix derniers jours du Mahé Ramzaan, la beauté de la prière est rehaussée. Nous devrons demander á Allâh Paaak de nous Accorder la beauté de la prière.

A’la Hazrat a dit :

Jaan hai ishq-é-Mustafa roz fazoon karé Khuda

Jis ko ho dard ka maza naz-é-dawa uthaé kioun

Cela comprend la beauté de la prière.  Cette beauté est aussi acquise en passant des nuits en prière.  Imâm Abu Hanifa (ra), l’avait acquise en ne dormant pas, il se mettait sur le Mussalah, et durant 1 Raka’at, il complétait les 30 Siparah du Saint Qur’aan. Il avait aussi complété 61 fois le Saint Qur’aan au mois de Mahé Ramzaan.

 

Le Daroûd et le du’a suivant sont recommandés :

Allahumma Swalli ala Sayyeduna wa maulana Muhammadun Salatan to dwi mubiha fi fikréka wa zikréka suroorana

Allahumma a inni ala zikréka  wa shukréka wa husn-é-Ibadatik

Allahumma innaka afoowun Tohibbul afwa Fa’fa anni ya Kareem

Read More

Khutba Du Vendredi 1 Juin 2018

Le sermon du vendredi 1 juin, 2018, prononcé á la Jummah Musdjid par Allama Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

Nûr-é-Ilahi and Nûr-é-Mustafawi

Dans le Saint Qur’aan, le Créateur a Dit : « Hudallil Muttaqeen » – ce Livre est un guide pour les pieux.  Hidayat (Guide) a été précisé par ces quatre exemples qui suivent :

  •  Ilhamé Fitrat ou Uloom-é-Zarooriya
  •  Wahi-é-Naboowat
  • Tawfiq ou Taysir

Les Noms du Créateur, Sa Gratitude et Son Guide

Hidayat est catégorisée en ces deux aspects : Le Guide général et le Guide spécial. Le Saint Quraan est un Guide pour les pieux et pour l’humanité en générale.

Comme exemple, la pluie tombe sur toutes les terres.  L’effet de cette pluie est bénéfique pour certaines terres, et pour d’autres elle n’est pas avantageuse.  De la même façon, quoique la Guidance du Créateur est universelle, il y en ont qui acceptent la ‘Hidayat’, tandis que d’autres ne l’accueillent pas.  Ceux qui l’acceptent prennent la bonne direction, et ceux qui refusent la Hidayat prennent le chemin pervers.

Le cœur qui reçoit Faizan Rehmat-é-Mustafawi et Hidayat-é-Mustafawi reste vivant, au cas contraire le cœur est  considéré comme non-fertile (aride).

Selon le Hâdîç Tirmizi, et Imâm Hambal (ra), rapporté par Abdullah bin Amar (ra), le Saint Prophète (SAW) a dit : Allâh Paak a Créé les gens dans l’obscurité, pour ensuite être Accordé le Nûr.  Les récipiendaires du Nûr reçoivent ‘Hidayat’, les non- récipiendaires sont égarés.

Quatre aspects ont été mis en lumière :

  • Le Créateur a Créé les êtres humains et les djinns (excluant les anges)
  • Les gens sont encerclés par l’obscurité de leur instinct sexuel
  • Le Nûr comprend : Nûr-é-Imân, Nûr-é-Islam, Nûr-é-Yaqeen, Nûr-é-Mustafa (SAW), Nûr-é-Maghfirat.  Nûr-é-Ilahi qui descend au cœur
  • Nûr est distribué á tous, parmi les Ambiya, les Ahlé Bayt, le Swaléheen, les Shuhada, les Siddiqeen le reçoivent en abondance.  Il y ceux qui restent dans l’obscurité, il y a donc les gens de la Lumière et ceux de l’obscurité.  Mustafawi Rehmat descend au cœur de ceux qui reçoivent cette pluie de guidance, qui restent éclairé, d’autre part le cœur qui ne la reçoit pas est dans l’obscurité totale.

Parmi, il y a ceux qui ont vu la beauté et le Nûr-é-Mustafawi , mais les kuffar et mushreekeen ont  refusé une telle Lumière.  En ce qui concerne le Nûr, le Saint Prophète (SAW) figure en premier, en termes de l’octroi de cette Grâce, suivis des Sahabas, Ahlé Bayt, Tabéin, Tab-é-Tabéin, Swaléheen, Siddiqeen, Shuhada.  Chaque croyant’a reçu le Faizan du Saint Prophète (SAW), sur terre, au qab’r, au Alam-é-Barzakh et partout, jusqu’au Qayâmat.

Parmi les dames, Bibi Khatijah (ra) a eu cette Grâce, en première, dont le wisaal a eu lieu durant Mahé Ramzaan.  Parmi les hommes, cette Grâce fut Accordé  en premier, á Hazrat Abu Bak’r Siddiq (ra).  Le premier esclave á être Accordé de cette Grâce fut  Zaid bin Harisa (ra).  Parmi, les enfants, c’était Hazrat Ali (ra) dont le wisaal fut le 21 Mahé Ramzaan, sans oublier Bibi Aïsha (ra), dont le wisaal fut le 17 Mahé Ramzaan.  Bon nombre des Sahabas et Shuhada-é-Badr l’ont reçue en abondance, de par leur immense sacrifice.  Ils sont reconnus par leur amour et fidélité.

Bibi Fatimah (ra), connue comme ‘Shehzadi-é-Kaénaat’ et ‘Khatoon-é-Jannat’, dont le wisaal fut au 3ème Mahé Ramzaan, fut octroyé du Faizan-é-Nûr en grande abondance, tout comme Hazrat Ali (ra).

Le Mustafawi Faizan n’est pas limité durant la présence physique du Saint Prophète (SAW), mais c’est destiné jusqu’au Qayâmat. Allama Yousouf Nabhani a fait référence du livre  Sayyiduna Abdul Azize  (ra), un grand Sufi. Mention est faite au ‘Deewan-é-Auliah’, une congrégation des Auliah, même ceux qui se sont retirés de ce monde sont présents. En une occasion, le Saint Prophète (SAW) y était présent et a constaté la présence des quatre califes de l’Islam :  Hazrat Abu Bak’r Siddiq, Hazrat Uthman (ra), Hazrat Umar (ra) et Hazrat Ali (ra).  Parmi, les dames, la présence de Bibi Fatimah (ra) fut remarquée, s’asseyant de l’autre côté.  Les Auliah avaient pris place du côté gauche.  Le Daroûd Shareef, lu par Bibi Fatimah (ra) fut entendu.  La lecture du Daroûd Shareef est le Sunnat des Sahaba et Ahlé Bayt.  C’est pour cette raison qu’après chaque Salât du Fadj’r, et après le Taraweeh, on lit  Daroûd Shareef et Salaam.

Samedi, 17ème Mahé Ramzaan, ce sera Yaum-é-Badr, c’est recommandé de faire usage au Isaal-é-Sawab au noms des Shahada-é-Badr.  Le Daroûd Shareef recommandé a lire est :

Allahumma Swallé ala man rouhohu mehraabul arwaahi wal malaï kati wal kawni.  Allahumma Swalli ala man huwa imam ul ambiyaï wal mursaleen.  Allahumma Swalli ala man huwa imamul ahlil jannati ibadillahil mu’meneen.

Read More