0000000000000000000000000000 Al Bayaan No. 17 (SHABAAN 1441 HIJRI – 3 Avril 2020) - Jummah Masjid

Al Bayaan No. 17 (SHABAAN 1441 HIJRI – 3 Avril 2020)

L’ISLAM VAINCRA LES COEURS

La guerre entre le bien et le mal existe du temps de Hazrat Adam (A.S) et de tout temps c’est la vérité qui a toujours triomphé. Le mal peut sembler avoir le dessus pour un moment mais au final

c’est la vérité et le Bien qui sont les gagnants. Hazrat Moosa (A.S) a dû affronter les pires tribulations pour son peuple des mains du Pharaon; Hazrat Ibraheem (A.S) était quant à lui confronté à l’ignoble Namrood, roi sanguinaire et despote sans scrupules. Le Saint Prophète (S.A.W) a été persécuté par des brutes comme Abu Jahl. Mais au final tous ces grands ‘dominère’ ont tous mordu la poussière car la religion d’Allah ne peut être effacé; au contraire elle devient plus forte dans l’adversité.

Depuis le moyen âge, les peuplades musulmanes ont subi les pires tortures, les éxécutions en masse, les persécutions incessantes et à chaque fois l’Islam a rebondi de plus belle. Quand les meutes de Genghis Khan ont ravagé les pays musulmans, des millions de gens sont morts, massacrés par les hordes des Mongols. Baghdad fut saccagé, les gens tués en masse, les maisons brûlées à tel point que la rivière du Tigre était venue rouge de sang. A ce moment là, les musulmans en Anatolie (aujourd’hui la Turquie) ainsi que ceux de l’Egypte ont craint le pire, pensant que c’était la fin du monde musulman.

Or Allah a sauvé ses serviteurs. Par la suite les Mongols sont eux-mêmes devenus musulmans et l’Islam a connu un nouvel essor avec l’avènement de l’empire Ottoman tandis que la dynastie Mughal naissait en Inde. Les ennemis qui croyaient faire disparaître à tout jamais l’Islam de la carte du monde ont finalement disparu eux-mêmes sans laisser de traces. Est-ce que Genghis Khan et Halagu Khan sont honorés aujourd’hui? Non.

Aujourd’hui dans le monde, nous voyons que de la Palestine, en passant par la Syrie, les musulmans souffrent beaucoup. En Iraq, en Afghanistan, en Inde, en Birmanie, au XinJiang en Chine, en Somalie, en Centrafrique et bien d’autres pays encore, les guerres n’en finissent plus. Dans tous ces pays, il y a des milliers de refugiés, des gens qui n’ont pas de nourriture, ni même de l’eau potable. En plus, ils subissent le mauvais traitement de leurs bourreaux juste parce qu’ils sont musulmans.

Quant nous voyons comment nos frères et soeurs de Delhi se font tabasser par des policiers, cela fend le coeur. Nous sommes si loins d’eux et quoique révoltés dans notre âme, nous sommes impuissants. Les exactions subies par nos frères Rohingya ou encore la souffrance du peuple syrien ne nous laisse pas insensible.

L’ummah est comme un corps. Quand une partie va mal, c’est tout le corps qui souffre. Loin de ces théâtres d’affrontements, nous nous laissons aller à demander Du’as pour tous nos frères et soeurs qui sont opprimés partout dans le monde.

Nous prions Allah pour qu’ils puissent rapidement retrouver la paix et la tranquilité.

Nous sommes révoltés par les injustices subies par nos frères et sœurs en Inde et nous devons condamner ces violences.

Toutefois, il faut aussi garder la tête froide. Il ne faut jamais songer à se venger sur des personnes innocentes qui n’ont rien à faire avec ces exactions. Il faut rappeler que nombreux sont nos frères et soeurs musulmans qui ont eu la vie sauve aujourd’hui parce qu’ils ont été protégé par leurs voisins hindous qui les ont caché chez eux. Il y a même un Sikh qui a été roué de coups parce qu’il a protégé de nombreux musulmans qui ont obtenu refuge dans sa maison.

Préservons la richesse de notre culture mauricienne en matière de paix et de tolérance. Il ne faut pas tomber dans le piège des provocations. Le musulman peut endurer les souffrances et subir l’oppression mais l’Islam vaincra les coeurs par le savoir-vivre, l’amour de son prochain et les bonnes manières que nous a enseignées le Saint Prophète (S.A.W). N’écoutons pas les gens qui veulent à tout prix semer les graines de la violence.

IMAM JALAALUDDIN SUYUTI (R.A)

Abū al-Fadl ‘Abd al-Rahmān ibn Abī Bakr ibn Muhammad Jalāl al-Dīn al-Khudayrī al- Suyūti, aka Imam Jalaluddin as Suyuti was a great Islamic scholar born on 3 October 1445 CE (1 Rajab 849 AH) in Cairo, Egypt. His mother was Circassian, and his father was of Persian origin. According to Imam as –Suyuti his ancestors came from al-Khudayriyya in Baghdad and were of noble lineage. Imam Jalalludin Suyuti’s father passed away when he was 5 years old. As per his father’s bequest, he started acquiring knowledge of Deen. He became Hafizul Quraan at the age of 8 and qualified as an Aalim at the age of 16. He was also a historian, biographer, jurist, teacher and scholar of Islamic theology. He was one of the most prolific writers of the Middle Ages. He is very famous for many of his books and especially the Tafseer Jalaalaïn, which his teacher Jalalludin Mahalli had started and he completed. He was appointed to a chair in the masjid of Baybars in Cairo in 1486, and was an adherent of the Shafii madhhab and a late authority of the Hanbali School.

Al-Suyuti’s studies included: Shafi’I and Hanafi jurisprudence (fiqh), traditions (hadith), exegesis (tafsir), theology, history, rhetoric, philosophy, philology, arithmetic, timekeeping (miqat) and medicine. He started teaching Shafi’i jurisprudence at the age of 18, at the same masjid as his father did. In 1486, Sultan Qaitbay appointed him shaykh at the Khanqah of Baybars II, a Sufi lodge. In Tasawwuf, he was a Sufi of the Shadhili order.

Al-Suyuti was named the Mujaddid of the 9th century AH and he claimed to be a mujtahid (an authority on source interpretation who gives legal statements on jurisprudence, hadith studies, and Arabic language). Later on, he renounced public duties preferring to retreat to the island of Rawda in 1501. Al- Suyuti died on 18 October 1505.

The Dalil makhtutat al-Suyuti (Directory of al-Suyuti’s manuscripts) states that al-Suyuti wrote works on over 700 subjects, while a 1995 survey, put the figure between 500 and 981. However, these include short pamphlets, and legal opinions. He wrote his first book, Sharh Al-Isti’aadha wal-Basmalah in 866 AH, at the age of seventeen.

Ibn al-Imād writes: “Most of his works become world famous in his lifetime”. Renowned as a prolific writer, his student Dawudi said: “I was with the Shaykh Suyuti once, and he wrote three volumes on that day. He could dictate annotations on ĥadīth, and answer my objections at the same time. In his time he was the foremost scholar of the ĥadīth and associated sciences, of the narrators including the uncommon ones, the hadith matn (text), isnad (chain of narrators), the derivation of hadith rulings. He has himself told me, that he had memorized one hundred thousand hadith”.

In Husn al-Muhadarah al-Suyuti lists 283 of his works on subjects from religion to medicine. As with Abu’l-Faraj ibn al-Jawzi in his medicinal works, he writes almost exclusively on prophetic medicine, rather than the Islamic-Greek synthesis of medicinal tradition found in the works of Al-Dhahabi. He focuses on diet and natural remedies for serious ailments such as rabies and smallpox, and for simple conditions such as headaches and nosebleeds, and mentions the cosmology behind the principles of medical ethics.

According to Imam Jalaluddin Suyuti (R.A) himself and according to Imam Sha’raani (R.A), Imam Suyuti was able to meet the Holy Prophet (S.A.W) while in a state of wakefulness and he was able to confirm the authenticity of many hadiths with the Prophet (S.A.W). He had this privilege at least 72 times in his life. Imam Jalaluddeen As Suyuti (R.A) passed away at the age of 63 on 19 Jamadil Ulaa 911 Hijri.

LES BÉNÉFICES DE SURAH RAHMAAN

Le Surah Ar Rahman (le Miséricordieux) est la 55e sourate du Quran. Révélée pendant la période médinoise, ce Surah tire son nom du premier verset, et qui est en réalité l’un des noms divins d’Allah. Dans ces 78 versets, la surah mentionne les bienfaits qu’Allah nous a accordé dans ce monde, et énumère toutes les faveurs qu’il accordera aux croyants au Paradis.

La lecture du Surah Rahman rapporte à son lecteur beaucoup de bénédictions. En effet, selon un hadith rapporté par Hazrat Obay Ibn Kaab, le Messager d’Allah (S.A.W) a dit « Allah compatira à la faiblesse de quiconque récite Surah Ar Rahman, celui qui la récite aura montré sa gratitude envers Allah pour tous les bienfaits qui lui a accordés ». D’après l’Imam Jaafar Al Sadiq « Ne manquez pas de lire Surah Ar Rahman, puisque cette dernière sera présente le Jour de jugement sous forme humaine et sera proche d’Allah. Allah alors, demandera à la Surah « Qui te récitait avec assiduité et s’appliquait à ta récitation avec persévérance pendant la vie terrestre ? ». Elle répondra « Untel et Untel », Allah dira « Intercédez en faveur de quiconque vous désirez » et ils intercéderont en faveur de tous ceux qu’ils voudront, jusqu’à ce qu’il ne reste plus personne, Allah leur dira « Entrez au Paradis et logez vous là où ça vous plaira ».

Cette sourate possède aussi des effets protecteurs, en effet, selon l’Imam Al Sadiq, « Quiconque récite Surah Ar Rahman, la nuit, et dit « Je ne nie aucun de Tes Bienfaits, O Seigneur ! » (lâ bichay’in min âlâ’ika, Rabbî, ukatthib!) après chaque verset « Quel est donc celui des Bienfaits de votre Seigneur que, tous deux, vous nierez » (fa-biayyi âlâ’i Rabbikumâ tukath-thibân), Allah le fera escorter d’un ange protecteur jusqu’au matin, et s’il fait la même chose (la même récitation) à son réveil, le matin, Allah le fera escorter d’un Ange protecteur jusqu’au soir ». Par ailleurs, Imam Hussayn ibn Ali, a dit « Je garantis que celui qui récite ces vingt versets : le verset du Trône (Ayat al Korsi), les trois versets (55-56) de la Surah Al Araf (Les Murailles), les dix premiers de la sourate As Safat (Ceux qui sont placés en rang), les trois versets (33-35) de la Surah Ar Rahman, les deux derniers versets de la Surah Al Hashr et le dernier verset de la Surah Tawbah, Allah le protègera contre tout démon, tout roi injuste, tout voleur et tout fauve.

PREPARATION POUR LE RAMADAN

Le mois de Rajab est venu et il est parti. Nous sommes dans le mois de Sha’baan. Dans un Hadith très célèbre, le Saint Prophète (S.A.W) a dit: “Rajab est le mois d’Allah, Sha’baan est mon mois, tandis que Ramadan est le mois de mon Ummah.” A la lumière de ce Hadith, nous comprenons que ces trois mois sont tous bénies. Si Rajab compte parmi un des quatre mois sacrés, nous avons eu l’occasion de nous entraîner à nous préserver des péchés, petits ou grands, à surveiller notre langage et à nous rapprocher d’Allah. Certaines personnes ont eu l’occasion d’observer plusieurs jours de jeûne, surtout le 27ème jour en hommage au voyage céleste du Saint Prophète (S.A.W), le Mi’raaj Shareef.

Maintenant que nous profitons du mois de Sha’baan, que devons nous faire? Comment doit-on préparer l’arrivée du grand mois du Ramadan? D’abord, puisque c’est le mois du Saint Prophète (S.A.W), nous devons autant que possible réciter en abondance les Durood Shareef pour notre bien-aimé Prophète (S.A.W) pour lui témoigner de notre affection, notre amour sincère envers lui. Pour accueillir le mois du Ramadan comme il se doit et faire le plein de récompenses, il est important de se repentir, de faire le Tawba avec sincérité et s’engager à ne plus commettre ce qui est Haraam. On peut dès à présent commencer à observer des jeûnes Naafila. En ce mois de Sha’baan il y a une grande nuit appellé Laylatul Baraa’at. C’est une nuit à passer en Ibaadat, à faire des Nawafil mais aussi on peut observer le jeûne le 15ème jour de Sha’baan. C’est recommandé de le faire. Des personnes observent le jeûne, les 13 et 14ème jours aussi. Même s’il n’y a aucun Hadith pour le recommander, c’est quelquechose qu’on peut faire quoique qu’il n’y a aucune obligation. En fait, le Saint Prophète (S.A.W) observait beaucoup le jeûne surrérogatoire pendant le mois de Sha’baan sauf pendant les jours précédent le Ramadan car il est interdit d’anticiper l’arrivée du mois béni.

Les Arabes avaient l’habitude de s’acquitter de leur Zakaat au mois de Sha’baan. On peut le faire aussi. On peut aussi commencer à se réveiller pour le Tahajjud et faire quelques Nafils en plus. On peut aussi réciter le Saint Qur’aan tous les jours. Quoi de mieux que de terminer un Khatamul Qur’aan pendant le mois de Sha’baan. Accomplissez vos Namaz à l’heure et faites de la charité. Demandez Du’as à Allah pour profiter au maximum du mois du Ramadan.

DU’AS DE PROTECTION CONTRE LE VIRUS CORONA ET AUTRES MALADIES

1. Récitation du Saint Qur’aan et en particulier du Surah ‘Fateha’. Ce Surah possède différents noms dont l’un est Surah ‘Shifa’ et Surah ‘Shaafiya’. Dans les Hadiths, il est aussi rapporté

que dans ce Surah il y a remède pour toutes les maladies.

2. Durood Shareef et en particulier ce Durood :

ALLÂHOUMMA SWALLI WA SALLIM WA BAARIK ‘ALAA SAYYIDINAA WA MAWLAANAA MUHAMMAD ALLAZHEE ISMOUHOO SHIFAA’OUNE MIN KOULLI DAA’INE

3. Après chaque Namaz lisez 40 fois :

‘Yaa Salaamou Yaa Rahmaan’

Lisez aussi Istighfaar en abondance.

4. Parmi les plusieurs du’as Mubaarak récités par le Saint Prophète (S.A.W), il y a ce du’a grâce auquel on peut obtenir protection contre le virus Corona.

Lisez autant que vous pouvez.

ALLÂHOUMMA INNÂA NAS’ALOUKA ‘ILMANN NAAFI’A WA RIZQUANNW WAASI’A WA SHIFAA’AM MIN KOULLI DAA’INE

Courtesy :

Mufti Muhammad Ishaaq Qaderi Razvi

Khateeb de la Jummah Masjid,

Port Louis.

DU’AS DE PROTECTION GÉNÉRALE

Lisez le Du’a suivant 3 fois matin et soir:

BISMILLAAHIL LAZHEE LAA YADOURROU MA’A ISMIHEE SHAYOUNE FIL ARDWI WA LAA FISSAMAA I WA HOUWAS SAMEE’OUL ‘ALEEM

Au Nom d’Allah dont le Nom une fois prononçé, nul dans le ciel ni sur la terre ne peut nuire et Il Entend et Il Sait tout.

D’après Hadith Shareef, le Saint Prophète (S.A.W) l’a recommandé pour avoir la protection contre tout malheur.

Il est aussi rapporté que si on le lit au moment de prendre son repas puis on ajoute Yâ Hayyou Yâ Qayyoom, on ne sera pas affecté par la nourriture même si elle contient des poisons.

On peut aussi lire le du’a suivant 3 fois matin et soir :

A’OOZHOU BIKALIMAATILLAAHIT TAAAM-MAATI MIN SHARRI MAA KHALAQ

Je cherche protection par les excellentes paroles d’Allah contre les méfaits causés par Sa Création

Allah Ta’ala accorde la securité à celui qui récite ce du’a.

Ce du’a est très efficace pour apporter la protection contre les insectes et d’autres créatures dangereuses.