Khutba Du Vendredi 6 Juillet 2018

Le sermon du vendredi 6 juillet prononcé á la Jummah Musdjid par Allamah Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

Hadj et son obligation á la lumière du Saint Qur’aan et le Sunnah

Selon le dictionnaire, la définition du Hâdj est ‘Al Qasd’ – (l’intention) : Hadj comprend ces trois aspects : (i) Makhsoos Zaman, (ii) Makhsoos Libaas, (ii) Makhsoos Maqaam. Makhsoos Zaman signifie un temps spécifique, Makhsoos Libaas, c’est le vêtement spécifique et Makhsoos Maqaam est une indication sur les lieux spécifiques á visiter.

Le temps spécifique comprend les cinq jours du Hâdj : 8ème ; 9ème ; 10ème ; 11ème  et 12ème  Zil Hâdj.

Les endroits spécifiques á visiter sont : Khana-é-Kaaba, Safa Marwah, Mina, Arafat et Muzdalifa.

Le vêtement recommandé selon le Charia est Ehraam.

Chaque prière a sa raison d’être.  En ce qui concerne le Hâdj, il n’y a qu’un Kaaba, donc Hâdj est obligatoire pour ceux qui ont le moyen et le courage de l’accomplir une fois dans leur vie.  Les cinq Salât quotidiennes sont obligatoires chaque jour car le temps continue, aussi bien que l’obligation.

Depuis Hazrat Adam (as), jusqu’á Hazrat Isa (as), Hâdj n’était pas obligatoire sur l’Ummah d’aucun Nabi.  Seuls les Prophètes accomplissaient le Hâdj.  Ce n’est que par la grâce du Saint Prophète (SAW) que le Hâdj est Farz sur son Ummah.

Le Saint Prophète (SAW) a accompli le Hâdj avant l’émigration á Madina Munawwarah, mais ce n’était pas obligatoire .Il y a plusieurs opinions au sujet de l’obligation du  Hâdj  au 5ème, 6ème ou 8ème Hijri, même au 7ème Hijri.  Après que le Hâdj devint obligatoire, le Saint Prophète (SAW) a accompli qu’un seul Hâdj (Hâdjat-ul-wada), de Madina Munawwarah, au 10ème Hijri.  Le Saint Prophète (SAW) envoya Hazrat Abu Bak’r Siddiq (ra) pour l’accomplissement du Hâdj, au 9ème Hijri.

Au 10ème Hijri, un bon nombre des Prophètes étaient présents, quand le Saint Prophète (SAW) accomplissait le Hâdj, pour en citer : Hazrat Mousa (as) et Hazrat Isa (as).  Selon Sahi Muslim, Le Saint Prophète (SAW) a dit que lorsqu’il passait auprès du qab’r de Hazrat Mousa (as), il accomplissait la Salât.  C’était ainsi, que le Saint Prophète (SAW) pouvait voir les Prophètes, accomplissant le Hâdj.  Les Prophètes restent vivants même après leur wisaal.

A’la Hazrat a dit :

Tu zinda hai wallah tu zinda hai wallah

Méré chashmé aalam sé chup jané walé

Le Saint Prophète (SAW) a eu le Taufîq de voir les Prophètes, en vie, dans leur qab’r.

A’la Hazrat a prononcé ces mots remplis de sagesse :

Oun ké Toufail Allâh né Hâdj bhi kara diyé

Aslal usool haziri oos paak dar ki hai

Les Momine ont eu le cadeau du Hâdj de par le ‘Toufail’ et ‘naleine ka sadqa’ du Saint Prophète (SAW).  De par ce Toufail, on est présent en un tel lieu sacré.  C’est obligatoire pour celui qui a le moyen et le courage, tout en laissant le moyen pour la survie de sa famille durant son absence, d’accomplir le Hâdj.  Celui qui a l’intention d’accomplir le cinquième pilier de l’Islam, devra le réaliser le plus vite possible, car on ne sait á quel moment la mort puisse le surprendre.

La question qui se pose est, si le Hâdj est devenu obligatoire au 9ème Hijri, pourquoi le Saint Prophète (SAW) l’a accompli au 10ème Hijri ?  La raison est que le Saint Prophète (SAW), n’est pas comme nous, et nous ne sommes pas comme lui.  Le Saint Prophète (SAW) avait la conviction, qu’il se retirerait physiquement du monde temporaire, au 10ème Hijri.  Par contre, nous ne savons pas quand la mort nous surprendra, donc nous ne devrons pas attendre pour accomplir le Hâdj.

Ceci dit, le Saint Prophète (SAW) est toujours vivant.  A’la Hazrat a dit :

Wo jo na thé to kuch na tha wo jo na hon to kuch na ho

Jaan hein wo jahaan ki jaan hai to jahaan hai

Au cas le Saint Prophète (SAW) n’éaitt pas vivant, la nature n’aurait pas eu sa raison d’être – « Baharé zindagi ounhi ké dam sé hein ».  A l’exception du Saint Prophète (SAW), personne d’autre n’a le pouvoir de connaître quand il sera mort.  Donc, c’est l’heure de se réveiller pour l’accomplissement du Hâdj.

Selon le Hâdîç, rapporté par Hazrat Abdullah ibné Abbas (ra), le Saint Prophète (SAW) a dit qu’il y a nul doute que le Hâdj est obligatoire pour le croyant.  Puisque le Saint Prophète (SAW) l’a dit, le Créateur a Ordonné que le Hâdj devienne obligatoire.  Akra bin Habis (ra), un Sahaba, s’est mis débout pour demander au Saint Prophète (SAW) si le Hâdj est obligatoire chaque année ? Cette question lui est venu á l’esprit tout en pensant á l’obligation du roza et zakât annuellement. En comparaison á ces deux piliers, Hâdj est difficile á accomplir chaque année.  A cette question, le Saint Prophète (SAW) lui répondit que s’il avait dit ‘oui’, le Hâdj aurait été obligatoire chaque année, car le destin change sur un ‘oui’ ou un ‘non’ du Saint Prophète (SAW), de par la Grâce du Créateur.

Dr Iqbal a dit :

Nigah-é-mardé momin sé badal jaati hein taqdeerein

Et, A’la Hazrat a écrit un livre sur le même contexte, intitulé ‘Nubzatul labeeb anna tashriya bé yadil habeeb’, ayant comme référence plusieurs Ahâdîç.  Hâdîç nous donne la preuve que le Saint Prophète (SAW), selon la Charia est ‘Malik-o- Mukhtar’, une Grâce Accordée par le Créateur.  Donc, ceux qui prétendent que le Saint Prophète (SAW) est un être humain comme nous devront se réveiller d’une telle conception.

Le Saint Prophète (SAW) n’a pas donné une réponse affirmative á Hazrat Akra bin Habis (ra), si non Hâdj aurait été obligatoire chaque année, et les croyants n’auraient pas eu le moyen et le courage d’accomplir le Hâdj, chaque année.  Il y a toujours une raison, une sagesse et une philosophie sur chaque réponse du Saint Prophète (SAW).

Il y avait aussi une raison pour laquelle le Créateur a poussé le Sahaba á poser cette question.  Il est á souligner que même les munafeeqeen n’osaient pas défier l’autorité du Saint Prophète (SAW).

Le Saint Prophète (SAW) a dit que le Hâdj est obligatoire une fois dans la vie, et les autres Hâdj sont considérés comme Nawafil.

Mufti Sahab a conclu son Khutba par ces beaux vers du Dr. Iqbal :

Quwwaté ishq sé har past ko baala kardé

Dahr mein ismé Muhammad sé ujala kardé

Read More

Khutba Du Vendredi 29 Juin 2018

Le sermon du vendredi 29 juin, 2018, prononcé á la Jummah Musjid par Allama Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

La philosophie du Namaz

Le thème du jour est axé sur deux aspects importants qui sera élucidé á la lumière du Hâdîç Sahi Bukhari, en termes de deux moyens pour se rapprocher du Créateur :

  1. La proximité divine par moyen du Namaz Farz
  2. La proximité divine par moyen du Namaz Nawafil

Il est obligatoire d’accomplir les cinq prières quotidiennes – Quelle est la philosophie de ces cinq prières obligatoires ?  Les Namaz Farz marchent de paire avec les Namaz Sunnat, depuis la Salât Fad’jr jusqu’au Esha.  Les Salât Nawafil  y sont aussi inclus, á l’exception de Namaz Fadj’r et As’r, qui comprennent que Sunnat et Faraz.  La philosophie du Namaz implique la Salât Farz, Sunnat et Nafil, qui nous rapproche au Créateur.

L’objectif du Namaz est que le Créateur Accorde l’opportunité au croyant á s’approcher de Lui.  Par biais de cinq Salât quotidiennes, Allâh Paak Donne l’occasion á son serviteur de s’approcher á Lui, jour et nuit. Outre, il y a les Nawafil, qui sont plus nombreux que les Salât Farz.  La Salât Farz se limite á 2, 3, ou 4 Raka’at, tandis que la salât Nawafil  n’a pas de limite, on peut l’accomplir autant que nous souhaitions, 2, 4, 8, 10, 12, ainsi de suite, á l’heure permissible.

La Proximité divine est possible de par l’accomplissement de la salât Faraïz et Nawafil.  La raison pour laquelle Ummat-é-Muslima se tiennent á distance du Bargha-é-Mowlah et du Bargha-é-Mustafa, est qu’ils n’accomplissent pas la Salât, on n’a qu’á constater le nombre de Musallis au Musdjid après le mois sacré de Ramadwan.  Il y a beaucoup d’autres qui accomplissent que la Salât Farz, en négligeant le Sunnat, ou le Sunnat Muwakkedah.  Ils ne prennent pas en considération la beauté de la Salât Sunnat.  Il n’est pas recommandé d’omettre la salât Sunnat du Namaz, car elle a une grande importance.

Pourquoi donc le Saint Prophète (SAW) accomplissait la Salât Sunnat ?  Il était pourtant le Habib, le Mehboob et Sahebé Sharyat, il accomplissait la Salât Farz, aussi bien que la Salât Sunnat.  Après avoir accompli la Salât Farz, on ne devra pas penser que la Salât Sunnat est un fardeau.  En l’accomplissant, on fait preuve de notre amour pour s’approcher du Créateur et de Son Rasoûl (SAW). On n’a qu’á demander aux Auliah et les AhlulLah sur la beauté et le plaisir de l’accomplissement du Namaz Farz, Sunnat, Nawafil, Sunnat-é-Muwakkedah, et Ghair Muwakkedah.

Mufti Saab se souvient que quand il arrivait tout juste á Maurice, il chercha le conseil d’un buzurg.  Ce dernier lui suggéra de ne pas manquer d’accomplir Sunnat-é-ghair Muwakkedah.  Il a suivi le conseil du Buzurg, qui était un Sufi et Wali.  Il consacrait son temps á accomplir toutes les Salât, y compris Sunnat-é-Muwakkedah et Sunnat-é-Ghair Muwakkedah.

C’est l’heure de constater combien de temps on consacre aux aspects personnels et combien de temps est alloué aux prières.  On trouve bien du temps pour gheebat, fasad, fitna, mais on consulte l’heure durant la Salât, s’inquiétant sur le temps pour l’approche du Créateur.  On ne soucie pas sur le fait que Namaz nous rapproche du Tout Puissant, tout en nous Accordant la Vision divine.

Selon le Hâdîc Sahi Bukhari, rapporté par Sayyiduna Abu Huraira (ra), le Saint Prophète (SAW) a dit qu’Allâh Paak a Accordé á Son serviteur le Farz qui le rapproche á Lui. Ce Farz implique la Salât ou les autres Farz, car il y a différents types de Farz.  Que ce soit le type du Farz, chaque Farz rapproche le croyant au Créateur.

Le Muballigh-é-Islam, Shah Ahmad Noorani Siddiqui (ra) était toujours ponctuel au Namaz Farz et Namaz Tahadjjud.  Des Ulémas témoignent que même durant le voyage, il ne ratait pas la Salât Tahadjjud.

En accomplissant Nawafil, le croyant s’approche au Créateur et devient Son bien-aimé (Mehboob).  Le Créateur lui Accorde un si grand amour qu’il  devienne son œil, ses oreilles, ses mains et ses pieds.. C’est une puissance par laquelle, il voit et entendre de près et de loin (Jo Allah ka ho gaya Allâh ouska ho gaya).  Son du’a est Accordé, tout en restant sous la Protection du Créateur contre tous les maux.

A’la Hazrat a dit :

Door o nazdeek ké sunné walé wo kaan

Kaan-é-laalé karamat pé lakhon salaam

Dr Iqbal a dit :

Majo deen andar kutub ay be khabar

Ilm o hikmat az kutub deen az nazar

Maulana Shah Ahmad Noorani Siddiqui (ra) était Alim, Sufi, Wali, dotait d’une très grande intelligence et sagesse. Dr Iqbal a dit que la connaissance ne se limite pas aux livres, elle est acquise sur les yeux des Momine – (Faizan-é-Nazar) du Sufi et wali.

Au début, le Saint Prophète (SAW) se tournait vers Bait-ul-Muqaddas pour la Salât, puis son souhait de se tourner vers Khana-é-Kaaba fut Accordé.  De par le respect et l’amour pour le Saint Prophète (SAW), les Sahabas le faisaient également sans demander la raison.

A’la Hazrat a dit :

Allah ki sarta ba qadam shaan hein yé

Inn sa nahin insaan wo insaan hein yé

Quran to imaan batata hai inhein

Imaam yé kehta hai méri jaan hein yé

Donc la connaissance n’est pas acquise que par les livres, c’est plutôt de par le Nigah-é-Mustafawi.  Durant le Hijrat, par amour pour le Saint Prophète (SAW) 70 Ansar sont devenus Shaheed, durant la Bataille de Uhud et Badr (4 Muhajir et 66 Ansar).  Il y en a, dont les flèches ont atteint l’estomac, en protégeant le Saint Prophète (SAW).  En ce qui concerne le Sahaba Qatada bin Noman (ra), un œil fut arraché par la flèche de l’adversaire, en protégeant le Saint Prophète (SAW).  Le dernier Messager (SAW)  remettait l’œil á sa place, et après un tel miracle, l’œil du Sahaba devenait plus éclairé du Nûr, et plus puissant.

Hazrat Talha (ra) perdit l’efficacité d’une de ses mains, en protégeant le Saint Prophète (SAW).  Tous ces sacrifices étaient accomplis pour l’amour du Saint Prophète (SAW) – (Ishq-é-Muhammadi).

A’la Hazrat a dit :

Karoun téré naam pé jan fida na bas ek jan do jahan fida

Do jahan sé bhi nahin ji bhara karoun kia karoron jahan nahin

Read More