Khutba Du Vendredi 4 Mai 2018

Allah ki Shaan-é-Rehmaaniyat (La Grâce du Créateur)

Plusieurs Noms d’Allâh Paak ont été informés durant la Nuit de Shab-é-Bara’at, et quatre significations ont été mises á la lumière. Parmi les quatre, une a été abordée. Pour le thème du jour, la deuxième signification du Nom d’Allâh Paak ‘Ar Rahman’ sera élucidée.

En la Langue Ourdoue, la signification du « Ar Rahman » est « Le Tout Miséricordieux ».  Les Ulémas ont donné quatre interprétations du « Ar Rahman » ; tandis que les Sufia ont fait valoir plusieurs interprétations de ce mot sacré.

Une personne qui, malgré sa bonne intention de commettre une bonne action, n’a pas pu le faire,  sera Accordé la Grâce du Créateur, ce c’est qui indique ‘Allâh ki Shaan-é-Rehmaaniyat’. Pour mieux expliquer, le Créateur Accorde Sa Grâce á la personne qui Lui Plaise, sans avoir commis une bonne action, en terme de sa bonne intention.  Allâh Paak Ouvre la Porte du succès et récompense pour cette catégorie des personnes. Le Saint Prophète (SAW) a dit que le Créateur lui Accorde dix Grâces, qui pourra excéder au nombre de 700 ou plus, pour cette bonne intention.  Comme preuve, il y a un bon nombre des Ahâdîç concernant le ‘Shaan-é-Rehmaaniyat’, pour en citer, Sahih Bukhari et Sahih Muslim.

La personne qui a l’intention de commettre le pêché, mais ne l’a pas commis,  est Accordée un ‘kaamil néki’ (une très grande Grâce), car cette mauvaise intention n’a pas été traduite en action. D’autre part, si quelqu’un a l’intention de commettre un pêché et qu’il le commette, ce n’est qu’un pêché qui est écrit sur son livre des actions. C’est un signe de ‘Shaan-é-Rahmaniyat’ (c’est la Miséricorde du Créateur en toute sa grandeur, Destiné á Ses serviteurs).

De nos jours, si nous faisons un bon travail dans la société, la Grâce de cette noble action est écrite.  En faisant des bonnes actions le statut de l’Ummah est rehaussé.  La bonne intention est très appréciée par le Créateur. A l’heure actuelle, la division existe de par la mauvaise intention.

A’la Hazrat, par biais de son Livre Fatawa Rizwiya a écrit :

En ce qui concerne ‘Ilm-é-niyyat’ (la connaissance de l’intention), celui qui l’a acquise reçoit beaucoup de Grâces pour un ‘nékhi’ (une bonne action).  Par exemple, si une personne se dirige vers le Musdjid, elle est Accordée une Grâce.  Si toutefois, en chemin, quelqu’un rencontre une personne pauvre et qu’il lui donne le sadqua, il est Accordé dix Grâces additionnelles. D’autre part,  il se peut qu’il n’est pas en mesure d’aider la pauvre personne, malgré sa bonne intention, il sera quand même Accordé le même nombre des Grâces, car l’intention compte.

Donc, en se dirigeant au Musdjid, le néki est accompagné par beaucoup d’autres Grâces, en aidant ou avec l’intention de faire traverser la rue á une vieille personne ou un aveugle.  Transmettre la salutation islamique á quelqu’un, tout en lui demandant de ses nouvelles ; aller á la clinique pour rendre visite á un patient, sont des actions qui rapportent bien des Grâces.  Dans la maison d’Allâh Paak, au Musdjid, éteindre la soif de quelqu’un en lui donnant de l’eau ou accomplir d’autres bonnes actions nous rapporte beaucoup de Grâces.

Malheureusement de nos jours, bien souvent, l’intention est de semer la division. L’aspect de faire souffrir les autres ou d’agir par vengeance est présent.  Si on va au Musdjid avec de telle intention, ce sont des pêchés qui seront accumulés dans le Livre de notre compte au lieu des Grâces.

A l’approche du Mahé Ramzaan, il faut se préparer pour l’accueil de ce grand mois sacré, pour un changement de la mauvaise intention en la bonne foi.  Si l’intention n’est pas bonne, toutes les actions sont vaines.

Dr Iqbal a dit :

Deen-é-mulla fi sabilillah fasaad

Deen-é-momin fi sabilillah jihaad

S’il y a la division dans la religion, ce n’est pas le vrai deen, ni le vrai tabligh. Le Jour du Qayâmat, á la présentation du Livre des actions, il est fort possible que quelqu’un verra que parmi ses bonnes actions, mention est faite sur l’accomplissement du Hâdj, sadqua, entre autres.  Il se demande comment est-ce que ces néki ont été écrits dans son livre, puisqu’il ne les a pas commis.  Eh bien, malgré qu’il ne les a pas accomplis, il avait la bonne intention de les faire.

De la même façon, l’intention de construire le Musdjid ou le madrassa rapporte des Grâces, malgré que de telles bonnes actions n’ont pas pu être réalisées. Le cœur et l’esprit étaient soudés des bonnes intentions.  Les pauvres gens qui regardent des personnes riches, construisant des Musdjid et des madrassas, ou aidant les démunis de la société pensent avec tristesse que s’ils avaient le moyen, ils auraient pu faire les mêmes actions.  Ces personnes par le Taufîq d’Allâh Paak, seront Accordé les mêmes Grâces de par leur bonne intention.

Il ne faut pas se laisser berner par satan qui essaie de rompre la bonne intention, son premier attaque est sur la bonne intention.  Bien souvent l’intention est bonne, mais satan arrive pour essayer de la changer.  Nous devrons donc contrôler notre intention, ce faisant, nous serons Accordés  beaucoup de Grâces, le Jour du Qayâmat.  En ce jour, nous allons pouvoir dire que nous n’avons pas accomplis les néki mentionnés dans le Livre du Destin, comment se fait il que nous avons été Accordé tant des Grâces pour de telles actions.

Il faut se rendre au Musdjid, au site du travail et au marché avec la bonne intention, une telle habitude se transforme en Ibâdat.  La nourriture se transforme en Ibâdat, si on la consomme pour pouvoir accomplir les prières, transmettre les bons conseils ou aider les autres.  La bonne intention nous accorde la paix mentale.

Tags:

About Post Author