Khutba Du Vendredi 11 Mai 2018

Le sermon du vendredi 11 mai, 2018, prononcé á la Jummah Musdjid par Allamah Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

 

Ar Rahman et Mahé Ramzaan

Mahé Shabaan est á sa fin et Mahé Ramzaan, avec ses moments sacrés, sont au seuil de notre porte.  C’est dans le même contexte que le thème du jour est axé sur le lien d’Ar Rahman avec Mahé Ramzaan.

Vendredi dernier quatre aspects d’Ar Rahman ont été élucidés et deux autres seront mis á la lumière cette fois ci, qui ont le lien avec Mahé Ramzaan.  Le Créateur Récompense Ses serviteurs en abondance durant le mois sacré du Ramzaan.  Ar Rahman a deux significations :

  • Le minimum des bonnes actions rapporte le maximum des sawâb
  • En ne faisant pas des bonnes actions, de par la Gratitude du Créateur, on est Accordé  des Sawâb

Selon le Hâdîç rapporté par Imâm Azam Abu Hanifa No’man bin Sabit (ra), dont il n’y a qu’un Ravi durant la transmission de  Hazrat Anas bin Malik (ra) et le Saint Prophète (SAW), le dernier Messager (SAW) a dit que le néki est Accordé par une bonne action, tout comme guider quelqu’un á le faire. Guider quelqu’un a faire une bonne action, c’est comme ci on a fait cette action.  C’est un fait que celui qui a accompli une bonne action, le néki est écrit sur le livre de ses actions. Eh bien, celui qui a guidé l’autre pour l’accomplissement d’une bonne action, sera Accordé également le néki. C’est ce qui indique « Allah ki Shan-é-Rehmaniyat » (la Gradeur de la Miséricorde divine). Malgré qu’une personne n’a pas commis cette bonne action, mais elle sera Récompensé pour avoir guidé l’autre á le faire.  Il est acquis du Sawâb, sans action.

Selon Hâdîç Sahi Muslim, le Jour du Qayâmat, une personne sans avoir fait des bonnes actions, entrera au paradis.  Ce genre de transfuge de l’enfer au paradis est indiqué comme étant ‘Allâh ki Rehmaniyat’ (la miséricorde du Créateur), en raison de ses supplications continuelles au Créateur.

Par rapport au Hâdîç, les cinq prières quotidiennes du Namaz équivalent au sawâb de cinquante Salât.  C’est du ‘Shan-é-Rehmaniyat’ – peu d’actions pour un grand nombre de Sawâb.

En ce qui concerne le Hâdîç au sujet du Mahé Ramzaan, rapporté par Salman Farsi (ra), au dernier jour du Sha’baan, le Saint Prophète (SAW), en adressant les Sahabas, a dit qu’un mois sacré arrive durant lequel un nafil sera l’équivalent d’un Faraz, et  un Faraz sera l’équivalent de 70 Faraz.  C’est ce qui indique le ‘Shan-é-Rehmaniyat’.

Sur la terre sacré du Makka Mukarramah, les Sawâb sont á la hausse, de par un néki on reçoit 100 milles Sawâb et au Madina Munawwarah un néki équivaut á 50 milles Sawâb.

Donc, au mois sacré de Mahé Ramzaan, on doit pouvoir accomplir les bonnes actions á tout moment : matin, soir, Sehri, iftar, en termes des prières, sadqa, Zakat, y compris la Salât Tahadjud et le Daroûd o Salaam.  Le Saint Prophète (SAW) a dit que le mois de Mahé Ramzaan est le mois du sab’r.  Le paradis est la récompense du sab’r. C’est l’occasion d’aider les autres.  On ne doit pas perdre de temps par des vaines actions, ce sont des moments très précieux.  La Salât Tahadjud est recommandé avant de prendre le sehri, que ce soit 2, 4, 8 ou 12 Raka’at, il faut prendre la bonne habitude de les accomplir. L’occasion est propice pour le ‘Istaghfar’, au moins une centaine de fois.  On pourra lire le Daroûd Ibrahim et le troisième kalimah, pour ensuite se diriger au Musdjid, sans attendre l’Azaan (appel á la prière).  Après la salât en congrégation, on est Accordé beaucoup de Grâces, en lisant les Versets Coranique et le Daroûd Shareef.  Après le lever du soleil, on pourra accomplir le Namaz  Ishraaq (2 Raka’at), pour se rendre ensuite au site du travail.

Il faut surtout s’abstenir de faire le gheebat, le fitna, ou de manifester de la jalousie á l’égard de nos prochains.  Daroûd Shareef devra être constamment sur nos lèvres.  Il est á souligner que le Nom d’Allâh Paak est inclus au Daroûd Shareef. Le ZikrulLah et le Daroûd Shareef sont hautement recommandés entre chaque Salât.

A l’appel de la prière, on doit cesser tout commerce pour la Salât en congrégation au Musdjid, pour ensuite reprendre le travail.  Si c’est possible, il ne faut pas attendre l’Azan du Namaz Ass’r pour se rendre au Musdjid.  On doit être á la Maison du Créateur en toute occasion, et de pouvoir trouver des moyens d’y être jusqu’á la Salât de Maghrib.  A l’heure d’Iftar, on devra demander de du’a, c’est le moment propice pour que le Créateur Accepte notre requête.  Notre du’a est également Accepté á l’heure du sehri.  Au lieu de faire usage á des vaines conversations, il est recommandé de lire le Daroûd Shareef, autant que nous puissions, et les anges ont le record de nos Daroûd Shareef.  La préservation de la foi fait parti de la croyance islamique.  Nous sommes chanceux d’avoir eu l’Islaam sur plateau, il faut prendre en considération ceux qui ont eu beaucoup de peine pour la préservation de la foi.  On n’a qu’á revivre l’épisode de Hazrat Bilal (ra) ou Sayyida Sumayya sur la grandeur de l’Islaam.

Les 20 Raka’at Taraweeh après la Salât Esha est le Sunnat du Saint Prophète (SAW).  A la lecture du Hafiz-ul-Qur’aan, á l’heure du Taraweeh, il ne faut pas regarder l’heure, de sorte qu’on anticipe le moment de sortir du Musdjid, nous devrons au contraire prendre plaisir d’accomplir ces prières. Réfléchissez, si nous étions au Bargah de Ghaws Paak, Khwaja Ghareeb Nawaz, Muballighé Azam, A’la Hazrat, est-ce que nous aurions souhaité d’en sortir vite. Donc au Bargah du Créateur, on ne doit pas se hâter pour sortir.  Nous devrons plutôt prendre plaisir aux moments passés au Musdjid.

Durant le mois sacré de Mahé Ramzaan, nous sommes tous les invités distingués du Créateur, il ne faut pas donc  anticiper l’heure de sortir du Musdjid.  Nous devrons anticiper l’heure d’entrer dans la Maison d’Allâh Paak.  Il faut donner du sadqua, zakât et aider les autres autant que possible.

Le du’a recommandé est :

Allahumma barik lana fi Rajaba wa Shabaan wa ballighna Ramadwaan

Nous devrons vivre dans l’environnement Mustaphawi, comme a dit A’la Hazrat :

Karoun  téré naam pé jaan fida na bas ek jaan do jahan fida

Do jahan sé bhi nahin ji bhara karoun kia karoron jahan nahin

Daroûd-o-Salaam doit sortir de nos lèvres á chaque moment, tout comme  le salaam Mustapha Jaané Rahmat de A’la Hazrat qui se fait entendre dans tous les recoins du globe.

Tags:

About Post Author