Khutbah Du Vendredi 29 Septembre 2017

Le sermon du vendredi 29 septembre 2017, prononcé á la Jummah Musdjid par Allamah Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

 

Le croyant sincère á la lumière du Soûrah Al Asr

Quatre types de personnes ont été mis á la lumière :

  1. Ceux qui ont que d’amis et pas d’ennemis
  2. Ceux qui n’ont que des ennemis, ce sont des personnes qui ont des problèmes psychologiques.  Ils pensent que toutes les personnes sont leurs ennemis.  Ils sont sous l’impression que leurs bienfaisants sont aussi leurs ennemis
  3. Ceux qui croient qu’ils n’ont ni amis, ni ennemis
  4. Ceux qui ont des amis, aussi bien que des ennemis.  Ce sont des hommes du principe.  Ils ne manifestent pas leur plaisir, ni leur colère envers les autres.  Ils restent firmes á leur principe.

 

Dr Iqbal a dit :

Apné bhi hein na khush bégaané bhi hein naraaz

Mein zahré halahal ko kabhi keh na saka qand

Les amis ne sont pas contents avec moi et les ennemis sont en colère avec moi

Car je suis un homme de principe and je n’oserai dire que le poison est une sucrerie

 De par le principe, on finit par connaître que veut dire la sincérité et qui est le croyant sincère ? Le Créateur nous Informe sur quatre principes au Soûrah ‘Ikhlaas’. Le croyant sincère tient firme á ces quatre principes : La foi, la bonne action, la vérité et la patience.  Vendredi dernier, référence a été faite sur la foi au Créateur et á Son Rasoûl (SAW), et aux croyants qui restent firmes sur les quatre principes mentionnés en haut.  Les Sahaba étaient si firmes á ces principes qu’aucune force ne pouvait les bouger.

Le petit fils du Saint Prophète (SAW), Imâm Hussein (ra) conservait ces mêmes principes.  A cet époque, il y avait des personnes qui l’aimaient d’un amour extrême et d’autres avaient de la haine extrême á son égard. Mais lui, il ne manifestait pas de la haine pour les autres, car il était une personne de principe.

Sur cette terre il y a quatre catégories de personnes :

  • Ce sont des personnes qui accomplissent des actions pour le Plaisir du Créateur, jour et nuit.  Ce sont ceux dont le ‘shuja’at’, (la force), ‘samahat’ (la générosité), ‘jalwat’ ( le sociétal) et ‘khalwat’ ( la séclusion) sont pour Allâh Paak.  Ils consacrent leur journée et leur soirée pour le Plaisir du Tout Puissant.  Ils sont des personnes ‘kaamil ‘ (complets) et entreront au paradis (les Ahlé Jannat).
  • Il y a d’autres personnes qui le font pour Allah Paak mais aussi pour les yeux d’autrui.  Ils se battent pour faire valoir leur courage aux autres.  Leur but est de montrer leur potentialité aux autres.  Ils prennent avantage des choses mondaines.  De telles personnes n’obtiendront rien dans la vie futur, car  Ils voulaient en prendre avantage de ce monde
  • Une troisième catégorie applique aux personnes qui accomplissent la salât et les autres actions sans aucune sincérité.
  • Il y a d’autres qui n’accomplissent   des actions  ni pour le Plaisir du Créateur et ni pour les yeux des autres.  Ils n’ont aucun souci pour ce monde, ni pour l’autre monde.  Ils n’obtiennent rien ici et  ni en haut.  Ils n’ont aucun objectif et ne font que végéter.

Imâm Hasan (ra) et Imâm Hussein (ra) se catégorisent au premier rang.  Ils avaient tout fait pour le Plaisir d’Allâh Paak, en termes des prières, des bonnes actions, de la bravoure, entre autres.  Ils entreront au paradis, ils sont non seulement les ‘Ahlé Jannat’, mais les chefs du paradis.  Ils sont les ‘rehnuma’ des jeunes.  Ils ont fait valoir du shujahat (la force), samahat (la générosité), sakhawat (la générosité) pour le Plaisir d’Allâh Paak.  Ils ont eu un très grand statut.

Il y a deux types de Shahadat :  ‘sirri’ (non apparent)  et ‘jahri’ (apparent).  Imâm Hasan (ra) a été empoisonné.  Il a été Accordé le Shahadat ‘sirri’.  Imâm Hussein (ra) a eu le Shahadat ‘Jahri’, car son corps fut martyrisé  et le sang coulait de son corps, semblable á un jeu d’eau.  Les Ulémas ont écrit que les deux petit fils ont été Accordés le Sahadat du Saint Prophète (SAW).

Au début, le Saint Prophète (SAW) a eu le Shahadat Sirri, lorque l’ors d’une invitation, on lui a donné le poison.  Les Sahaba qui ont mangé, étaient shaheed, tandis que le Saint Prophète (SAW) était resté en vie.  Il était sous la Protection du Créateur, mais puisque l’effet du poison avait un effet sur lui, donc c’est considéré comme le Shahadat Sirri, par lequel Imâm Hasan a été Shaheed.

Le Saint Prophète (SAW) a eu l’expérience du Shahadat Jahri, quand il fut  blessé au Jang-é-Uhud .   On dit qu’il avait perdu une dent, ce n’est pas une dent mais un morceau de son dent.  Les Ulémas ont décrit ses dents comme des perles précieuses, qui avaient une grande brillance. La grandeur et la beauté du Saint Prophète (SAW) étaient si remarquables que quand il parlait, c’était comme ci ‘Nûr’ sortait de sa bouche Mubarak.  Imâm Hasan (ra) et Imâm Hussein (ra) ont eu le Shahadat Sirri et Jahri, tout comme leur grand père, le Saint Prophète (SAW).  Une des raisons pour laquelle, le Saint Prophète (SAW) a dit : « Hussein mujh sé hai aur mein Hussein sé houn ».  En se référant au Shahadat, on dit aussi Shahadat woojud et Shahadat Zaheer.

Le message est d’observer au moins deux jeûnes, vendredi et samedi ou samedi et dimanche, durant ce mois sacré de Muharram.  Il est recommandé de lire le Daroûd-é-Ibrahim  et on obtiendra bien de Grâces. On n’entend plus le nom  de Yazeed, mais le nom de Imâm Hussein (ra) restera immortel, la preuve existe au Daroûd Shareef, en lisant « Alla humma Swallé ala Muhammad  wa ala aalé Muhammad (SAW) :

 

Qatlé Hussein asl mein margé Yazeed hai

Islam zinda hota hai har karbala ké baad

 

Read More

Khutbah Du Vendredi 22 Septembre 2017

Le Sermon du vendredi 22 septembre, 2017, prononcé á la Jummah Musdjid par Allamah Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

 

Le principe de la vie á la lumière du Soûrah Al Asr

En ce premier vendredi du premier Muharram, le du’a de chaque croyant devra être  l’acquisition de : la foi, les bonnes actions, la vérité, la patience, la gratitude et la connaissance.

En ce jour, quatre aspects du Soûrah Al Asr ont été mis á la lumière :

  • La raison de la Révélation du Soûrah Al Asr
  • L’importance de ce Soûrah
  • Le vrai concept du Soûrah
  • La vie des croyants – (Hayat-é-Momin)

A l’époque auquel, les gens étaient invités á entrer dans la religion de l’Islam, Hazrat Abu Bak’r Siddiq (RA) avait fini par embrasser cette religion. Un ami kaafir (non croyant) lui posa la question que comment se faisait-il qu’un commerçant plein de succès et si intelligent comme lui s’est converti en Islam ?  Sa réponse fut que ceux qui acceptent ‘Haq’ (la Vérité)  auront toujours succès dans le commerce, et ils ne connaîtront jamais la perte.  Dès qu’il a donné cette réplique, le Soûrah Al Asr fut entièrement Révélé.  Hazrat Abu Bak’r (ra) était toujours véridique et il communiquait  cette vérité á ses amis á l’époque du ‘Jahilia’ (Ignorance).

Imâm Shafi (ra), un des quatre grands Faqi, Muhaddis (érudits) rapporta que si quelqu’un prend grande considération de ce Soûrah, le lit avec compréhension, et s’il essaie de connaître la traduction en détails, il sera très éclairé. Ce Soûrah se réfère comme ‘Marif aur Aqaïd ka ek samundar’ (un océan de connaissance).  Depuis Al Hamd, jusqu’au Wannas, le message en entier du Saint Qur’an est inclus dans ce Soûrah.

La clé du succès est inclue dans ce Soûrah.  En lisant ce Soûrah et en mettant en pratique son contenu dans la vie quotidienne, le succès s’ouvrira á nous.  Nous devrons, cependant, avoir la foi au Créateur, aux Prophètes, aux anges, aux Livres Sacrés, et au Jour du Jugement.

Que signifie Imân ?  Le Saint Prophète (SAW) a dit que la Foi est la clé du Succès, tout comme les bonnes actions.  Les bonnes actions nous mènent vers le succès et la plus grande des bonnes actions est Namaz. De ce jour, nous devrons faire la promesse á ne pas rater la Salât, surtout en congrégation.

Al Haq – (la vérité) est aussi la clé du succès.  La fondation de notre vie physique et spirituelle se repose sur la vérité

Sab’r – (la patience) est également la clé du succès.  La patience est une garantie de notre succès sur terre et dans l’autre monde.  La patience sous tous les angles nous apporte le succès. En ce nouvel an Islamique, le Créateur nous Accorde la Foi, la vérité, les bonnes actions et la patience.

Toutes ces qualités devront être des atouts pour nous et pour la société en générale.  Nous devrons les mettre en pratique et conseiller aux autres de le faire.  Si toutefois, une personne est en difficulté, nous devrons la conseiller de faire usage á la patience.  Ce faisant, nous pourrons mettre fin aux difficultés de la société.  C’est le conseil que Mufti Sahab partage aux personnes en difficulté qui viennent le voir.  C’est le conseil qui apaise la difficulté et la peine d’autrui.  Il est indéniable que des mots, qui  ne coûtent rien, suffisent pour consoler et transformer la tristesse en la joie.  Un visage souriant est également une Gráce, du point de vue des bonnes actions.  Notre vie comprend deux aspects : La vie individuelle et la vie collective – ‘sab’r’ et ‘Haq’, sont des outils primordiaux pour les deux.  Nous devrons être fermes sur ce sujet, tout en conservant un lien solide avec le Créateur et Son Rasoûl (SAW).

Le Shahadat de Hazrat Umar Farouq (ra) a eu lieu au premier jour du Muharram.  Il avait une foi inébranlable.  Quand il embrassait l’Islam, il faisait preuve d’une très grande considération pour la Salât.  Contrairement á certains croyants, il n’éprouvait aucune crainte pour l’accomplissement du Namaz en public.  Il évitait de l’accomplir á la maison, en cachette, il l’accomplissait auprès du Ka’aba.  Il agissait de la même façon pour le Hijrat, certains des Sahabas le faisaient en cachette, tandis que lui, il le faisait ouvertement.  Il avait une très grande foi et ne faisait que des bonnes actions.  Il avait un très grand sens de justice, qui s’applique á l’Islam, une religion de justice. Malgré qu’il était encerclé d’ennemis, il n’éprouvait nullement de la frayeur.

En voici, le Daroûd Shareef pour la protection de notre foi :

Allahumma Swalli ala sayyedena Muhammad salatann tusallimu biha Imananaa

Le Du’a recommandé :

Allahumma ad khilhum alaina bil amni wal imaani wassalamati wal Islami wa ridwani minarrahman wa jabbari minash shaitan

Le dernier message fut la ponctualité aux Majlees du Muharram, ce faisant, nous parviendrons á acquérir les quatre belles qualités qui sont : la foi, les bonnes actions, la vérité et la patience.

Read More

Khutbah Du Vendredi 15 Septembre 2017

Le Mois Sacré du Muharram et le Saint Qur’an

In Sha Allah, Vendredi prochain sera le premier vendredi du mois sacré de Muharram.  Comme nous accueillons le mois sacré de Ramzaan, nous devrons accueillir également le mois de Muharram.

Le thème du jour est axé sur ces quatre aspects :

  1. L’importance de dix premiers jours du Mahé Muharram
  2. L’importance des jeûnes durant le mois de Muharram
  3. Le du’a (supplication spéciale) du Saint Prophète (SAW), qu’il lisait jour et nuit durant tout le long de l’année.  La recommandation est de le lire régulièrement
  4. Le lien de Daroûd-o-Salam au mois de Muharram, de par ses mots et phrases

Le Créateur a Fait Serment sur le matin ‘Fadj’r’ –  « Wal Fadj’r » a plusieurs significations et titres. Les significations sont inclues au Tafsîr Al Mazhari de Allama Sanaoullah (ra) et par biais des autres Tafasîr.

Le commencement du Soûrah Fadj’r se réfère au premier Fadj’r du Muharram.  Le Serment est dû á ce premier matin, qui a une très grande importance.  Nous devrons être absolument au Musdjid pour l’accomplir.  Le premier Muharram sera un vendredi , nous devrons être présents au rang, en Jama’at, avec la pensée que c’est le premier matin du Calendrier Islamique.  In Sha Allah par l’Eclairage divin de ce premier Namaz,  les croyants seront présents en jama’at pour les autres matins.

Le Créateur a ensuite Fait Serment sur les dix Nuits.  Selon le Tafsîr Mazhari du Allama Sanaoullah Pani Pati (ra), les dix nuits se réfèrent aux dix Nuits de Muharram.  Ce sont les Nuits d’une si grande importance que le Créateur en a Fait mention dans le Saint Qur’an.  Quand Allâh Paak se Réfère á l’importance d’un aspect quel conque, Il en fait Serment.

Ce sont dix nuits très précieuses, si nous souhaitons changer notre vie et acquérir ‘Mustafawi Rang’ et ‘Muhammadi Roshni’  (l’éclairage du Saint Prophète (SAW)), nous devrons prendre en considération  ces dix nuits sacrées.  La recommandation est de prier en congrégation, d’accomplir le Namaz Tahadjud, d’éviter toute chose illicite (haram), d’œuvrer pour toute chose licite (halal), la Grâce divine nous sera Accordée pour l’année en entière.

Selon le Tafsîr Ruhul Bayan, il a été rapporté, que les dix nuits représentent les dix Sahaba (Ashra-é-Mubassherah) qui ont été choisis pour être au paradis en même temps que lui. (La bonne nouvelle leur est parvenue) (Basharat).  Le Créateur a Dit que ‘Fadj’r’ se réfère au Saint Prophète (SAW), et les dix nuits aux dix Sahaba.

Les Majalis sont organisés durant ces dix nuits et c’est profitable d’être présents pour ‘Mehboob ka Tazkeerah’ (causerie sur le Saint Prophète (SAW) et sur les Ahlé Bay’t).  Les Majalees comprennent aussi : La Lecture du Saint Qur’an, Daroûd o Salam et Du’a.  La preuve est dans le Saint Qur’an, c’est la raison d’être du Serment du Créateur.  La Grandeur du Créateur est telle que nous  devrons prendre en grande considération les dix nuits sur lesquelles Il a Fait Serment.

Les jeûnes de ces dix jours ont une extrême importance.  Son importance vient tout juste après les jeûnes (Farz) – obligatoires du Mahé Ramzaan.

Imâm Muslim, par biais du livre Sahi Muslim, a  consacré un chapitre sur l’importance du jeûne de Muharram.  Ce sont les jeûnes très significatifs après ceux du Mahé Ramzaan.  Evidemment ‘Farz ké Sawâb mein sab sé ziada Fazilat hai’.  Ceci dit, pour les six Nawafil du mois de Shabaan, on ne trouve pas de place au Musdjid, mais on ne doit pas oublier l’importance du Farz (des prières obligatoires).  Le niveau des prières du Farz n’est pas au même niveau du Sunnat et Nafil.  C’était un temps auquel les croyants ne rataient jamais les prières obligatoires (Farz).  On ne peut pas rater les Farz des cinq prières quotidiennes.  Tout comme c’est obligatoire de faire notre travail tout d’abord, puis le ‘overtime’, le travail additionnel, de la même façon, le ‘Farz’ doit être accompli en premier, puis le ‘nafil’.

Le Jour du Jugement, on sera questionné sur le Namaz Faraz, si on faillit sur cette question, on va faillir partout.  Il y a un du’a, que le Saint Prophète (SAW) lisait jour et nuit, en effet c’est le ‘maqsad-é-hayat’ (objectif de la vie du croyant) :

Un Daroûd spécial est recommandé pour le mois sacré du Muharram, il faut le lire une centaine de fois :

Il y a Hikmat quand il s’agit surtout du Daroûd lu par le Saint Prophète (SAW).  Durant ce mois, le Shahadat du Hazrat Osman Ghani (ra) a eu lieu, aussi bien que le Maulana Abdul Aleem Siddiqui Qadri (ra), Allama Iftékhar Ahmad (ra), Sayyeduna Abdullah Ghazi (ra), Allama Zia-ud-deen Madani (ra) parmi d’autres érudits de l’Islam.

Ce Du’a et Daroûd Shareef ont été recommandés :

Du’a :

Allahumma bika asbahna wa bika nahya wa bika namood wa ilaikal maseer

 

Daroûd Shareef :

Allahumma Swalli ala Sayyedena Muhammad

Annabiyil muhtaram adada barakaati shahrillahil muharram

 

Read More