Khutba Du Vendredi 11 Aout 2017

Le sermon du vendredi 11 août, 2017, prononcé á la Jummah Musdjid par le Maulana Sayyad Kaleem Ashraf Ashrafi Jilani

Les rites sacrés du Hâdj

A l’approche du Hâdj,  nombreux sont les résidents de différentes régions de l’Inde, et d’autres pays, qui sont déjà partis pour la terre sainte, a fin d’être prêts á ’accomplir le cinquième pilier de l’Islam. Le souhait de Hâdj Mabroor est sur tous qui ont été choisis par le Créateur pour l’accomplissement du Hâdj.  A leur retour de Makkah Mukarramah et Madina Munawwarah, que les hajees retournent avec un cœur éclairé de la Lumière divine et que leurs pêchés soient pardonnés.

Le Maulana Sahab fit la requête aux hajees de transmettre sa salutation au Bargah du Saint Prophète (SAW) et de demander des du’a pour lui, á chaque endroit sacré où ils seront. Dans le Saint Qur’aan, le Créateur a Dit : « Hâdj ek Fariza hai – ek Ibâdat hai »  Hâdj est une prière obligatoire, mais il y a un temps fixé pour pouvoir l’accomplir.  C’est obligatoire qu’une fois dans la vie, car, après un premier Hâdj, tous les autres Hâdj sont considérés comme Nafil.

Il y a un temps établi pour tous les rites, ce n’est évidemment pas possible pour qu’une personne aille accomplir le Hâdj, après le dixième Zil Hâdj.  Le temps de chaque rite sacré a été fixé.  Le 9ème Zil Hâdj a été fixé pour être á Arafat.  Les Hajees sont appelés á consacrer leur temps en prières, pour le Zikré Ilahi, Daroûd Shareef, pour d’autres prières et pour demander pardon au Créateur.  Le Qurbani doit être fait au 10ème Zil Hâdj et il y a un temps spécifique pour tous les autres rites.

Le Créateur Aime la ponctualité et on doit prendre considération de notre temps, en l’utilisant convenablement.  Il ne faut surtout pas perdre de temps, car la bonne utilisation du temps fait partie de notre prière – (waqt ki papandi  Ibâdat hai). Notre temps doit être consacré en prières, en travaillant pour le pain quotidien, et en aidant les autres á résoudre leurs problèmes.

La ponctualité est également obligatoire pour la Salât .  Les cinq prières quotidiennes ont été établies, chacune á l’heure prescrite. On ne peut retarder l’horaire de la sâlat, et c’est interdit á l’heure de Zawal d’accomplir la Salât. C’est aussi interdit d’accomplir la Salât du Namaz Fadj’r au lever du soleil – ( Tolu ké waqt).  Les gens parlent de bien á l’égard de ceux qui respectent le temps et le Créateur Valorise les croyants qui accomplissent les prières á l’heure prescrite.  Ce faisant, le Créateur nous Apporte Sa considération.  Allâh Paak et Son Rasoûl (SAW) nous a Eclairés sur la préciosité du temps. Toute bonne œuvre est une manifestation de la beauté de l’Islam – (Islam ki ada hai).  En tant que Mehboob  (bien aimés) du Saint Prophète (SAW), nous devrons suivre ses Sunnah (ses pratiques).

Le Créateur a Dit d’accomplir le Hâdj, en portant l’Ehraam.  Il faut retirer les habits que  nous aimons porter ou les vêtements nationaux, car on ne sait pas si nous avons commis des pêchés, en les portant.    Nous devrons porter les vêtements du Saint Prophète (SAW), en accomplissant le Hâdj.  Le Créateur Considère ces vêtements comme étant les plus beaux vêtements. L’Ehraam nous apporte une purification spirituelle, en accomplissant tous les rites : Tawâf, Saï, Safa Marwah, entre autres.  Une fois qu’on porte ces vêtements, il faut éviter de commettre des pêchés, ne pas se bagarrer, ne pas faire des complaintes, ainsi de suite.  On doit faire usage de tous les membres de notre corps pour le Plaisir d’Allâh Paak et de Son Rasoûl (SAW).

En portant de tels vêtements, notre cœur se blanchit comme l’Ehraam, qui apparaît sur le visage.  Le Créateur est Unique, le vêtement est unique, aussi bien que l’Ummah, c’est une manifestation de l’Unicité.  Par le Sadqua de ce ‘libaas’ (vêtement), le Créateur Réalisera tous nos souhaits.

Après avoir porté l’Ehraam, on fait le Tawaf, sept tours autour du Kaaba Shareef.  On commence au point où a commencé le Saint Prophète (SAW), c’est á dire, où se trouve le Hajré Aswad et on termine au même endroit.  Si on est tout près, on embrasse le Hajré Aswad.  Au cas contraire, on met la main en direction du Hajré Aswad et on l’embrasse.  Si non, on  pointe la main en direction du vent, soufflant en direction du Hajré Aswad – (Hajré Aswad ki Hawa)  et on l’embrasse.  Embrasser le Hajré Aswad n’est pas une adoration (pujna).  (Pujna aur chumna alag hai) – Adorer et embrasser, c’est tout á fait différent.  Ie rite d’embrasser est le Sunnat du Saint Prophète (SAW), que ce soit  directement ou indirectement.

Nous n’avons pas eu tous, la possibilité d’embrasser la main sacrée  du Saint Prophète (SAW), nous pourrons donc embrasser ceux qui l’ont embrassé.  Nous embrassons les mains de notre Pîr-o- Murshid, qui á son tour a embrassé Sayyiduna Moinuddin Chisti,  Sayyiduna Ghaus-ul-Azam (ra), Tabéïn, Sahaba (ra), jusqu’á que cette chaîne se jointe au Saint Prophète (SAW).

A l’écoute du Aazan, en entendant le nom du Saint Prophète (SAW), nous pourrons embrasser nos doigts, qui apporteront de la fraîcheur divine aux yeux – C’est le Sunnat du Hazrat Adam (as).  Les rites du Hâdj comprennent le Sunnat du Saint Prophète (SAW), tout comme Safa Marwa, c’est le rite du Bibi Hajra (ra).  Maqaam-é-Ibrahim, c’est où Hazrat Ibrahim (as) a mis ses pieds Mubarak, et nous y lisons deux raka’at Nafil.  Nous buvons l’eau Zam Zam en pensant á Hazrat Ismaël (as), l’eau qui agit comme  « shifa » (guérison) pour toutes les maladies.

Le Maulana Sahab a terminé son Khutba, en demandant du’a pour tous les futures Hajees, a fin qu’ils accomplissent tous les rites, selon la Shariah et qu’ils retournent purifiés, hormis des pêchés, tout comme un nouveau-né.

Tags:

About Post Author