Khutba Du Vendredi 4 Aout 2017

Le sermon du vendredi 4 août, 2017, prononcé á la Jummah Musdjid par Allamah Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

Hâdj  aur Tasawwûr-é-Mustafa (SAW)

Tout près du Makkah Mukarramah, il y a un petit village nommé Zu Tuwa ou bien cela pourrait être le nom d’un puits.  En sortant de Madina Munawwarah pour l’accomplissement du Hâdj á Makkah Mukarammah, le Saint Prophète (SAW) passait la nuit á Zu Tuwa et y accomplissait Namaz Fadj’r.  Après la Salât du Fadj’r, le Saint Prophète (SAW) dirigea vers Makkah Mukarramah et y arriva durant la journée.

Après avoir accompli le Hâdj, il alla á Zu Tuwa et il y restait durant la nuit, le matin il retourna á Madina Munawwarah. Donc, le Saint Prophète (SAW) passait la nuit á Zu Tuwa, en allant et en retournant de Makkah Mukarramah.  Parmi les objectifs, c’était une occasion pour les Sahabas qui  accompagnaient le Saint Prophète (SAW) de passer la nuit á Zu Tuwa, en allant et en retournant de Makkah Shareef, pour aller ensuite á Madinah Shareef.

Après le wisaal du Saint Prophète (SAW), les Sahabas, tout particulièrement, Sayyiduna Abdullah bin Umar (ra) passait la nuit á Zee Tuwa.  Il restait á Makka Mukarramah durant la journée, puis retourna á Zu Tuwa, la nuit.  Tous les Sahabas pratiquaient ce Sunnat, ils allaient á tous les endroits que le Saint Prophète (SAW) y avaient été.  Pour eux, tout en accomplissant le Hâdj, ils visionnaient le Saint Prophète (SAW), c’est ce qu’on appelle ‘Tasawwur-é-Mehboob’, ‘Tasawwur-é-Nabi’ ou ‘Tasawwur-é-Rasoûl’.  Quand le Saint Prophète (SAW) accomplissait le Hâdj, il y avait près d’un nombre de 1 24,000 Sahabas, qui étaient avec lui.

Durant l’accomplissement du Hâdj, nous contemplons la Ka’aba, Hadjré Aswad, Maqaam-é-Ibrahim, Safa Marwa, Mina, Arafat, Muzdalifa, parmi tant d’autres endroits sacrés. Tandis que les yeux des Sahabas étaient fixés sur le Saint Prophète (SAW).  Plusieurs Ahâdîç nous  donnent la preuve, incluant Sahi Muslim et Sahi Bukhari, que regarder la Ka’aba nous apporte beaucoup de Grâces, imaginons ceux qui ont eu le Taufîq de regarder ‘Ka’abé ka Ka’aba’.  En regardant la Ka’aba, on ne devient pas Sahabi, tandis qu’un seul regard lancé avec foi sur le Saint Prophète (SAW), on devient Sahabi.

Des millions et des billions des personnes contemplent la Ka’aba, mais ils ne peuvent se mesurer au statut des Sahabas qui ont vu le Saint Prophète (SAW).  Parmi, il y en a, qui ont eu l’occasion de voir le Saint Prophète (SAW) plusieurs fois.  Plusieurs Ahâdîç, y compris Sahi Muslim et Sahi Bukhari ont fait mention que les Sahabas contemplaient le Saint Prophète (SAW) durant le Hâdj.  Selon la Riwâyat, Sahi Bukhari et Sahi Muslim sont sept fois plus haut que les autres Ahâdîç. Hazrat Nafay (ra) a rapporté que Sayyeduna Abdullah ibn Umar (ra) n’est pas entré á Makkah Mukarramah, avant de passer la nuit á Zu Tuwa.  Tout en accomplissant le Hâdj, Sayyeduna Abdullah ibn Umar (ra) pensait au Saint Prophète (SAW) – (Tasawwûr-é-Mehboob bhi tha).  Le matin, après le ghuçul et l’accomplissement du Namaz Fadj’r, on entre á Makkah Mukarramah.  Par rapport á tous les livres de Fiqh : Hambali, Sha’fi, Hanafi, le ghuçul est recommandé avant d’entrer á Makkah Mukarramah et á Madina Munawwarah.  Les Ulémas ont écrit que c’est mieux d’entrer á Makkah Mukarramah ‘chaasht ké waqt’ ( á l’heure de Chaasht).

Le Saint Qur’an fait mention, au Surah Wadduha, que le Serment a été fait sur l’heure de chaasht.  Il y a plus de ‘jalal’ et ‘Tajalli’ (Lumière divine), en entrant á Makka Mukarramah durant la journée. De par le premier regard sur Ka’aba, le du’a est Accordé.

Hazrat Ibné Abbas (ra) a rapporté que les prophètes de Bani Israël retiraient leurs chaussures en entrant á Makkah Mukarramah, ils y entrent pieds nus. 7 lakh Ambiyah (7 00 milles  prophètes) ont retirés leurs chaussures au Maqam-é-Tan’eem, où se trouve maintenant Masjid-é- Aïsha. Ceci dit, c’est un marque de respect de la part des prophètes.  A l’époque, les Ahlé Ishq retiraient leurs chaussures et marchaient pieds nus sur le sol très chaud, c’est le Sunnat des Ambiyah, en signe de respect pour Balad-é-Ameen, en d’autre mot, Makkah Mukarramah.  ‘Iss balad-é-Ameen ki Qasam (la ville de paix) – Madina Munawwarah.  C’est un sunnat d’aller pieds nus sur la terre sacré de Makkah Mukarramah et Madina Munawwarah.  C’est un marque de respect de le pratiquer.  Ala Hazrat a dit :

Haram ki zameen aur qadam rakh ké chalna

Aré sar ka mawqa hai o jaané waalé

C’est en signe de respect pour le Saint Prophète (SAW), que Hazrat Abdullah bin Umar (ra) a pratiqué le Sunnah de passer la nuit á Maqam-é-Zu Tuwa avant d’aller á Makkah Mukarramah et également avant de retourner á Madina Munawwarah.  Il a fait ‘Qayam’ jusqu’á l’aube. ‘Wal Fadj’r’ (Fadj’r ki Qasam) –  Le Serment se réfère au Salât Fadj’r, que le Saint Prophète (SAW) a accompli á Zu Tuwa, avant d’aller á Makkah Mukarramah et á son retour, avant de retourner á Madina Munawwarah.

La grandeur du Saint Prophète (SAW) est d’un si grand niveau que le Créateur a Fait Serment sur  Fadj’r du Hâdj de Son Mehboob.  Il a été dit qu’un Namaz au Makkah Mukarramah équivaut á 100 milles Salât.  Hazrat Abdullah bin Umar (ra) aurait pu aller á Makkah Mukarramah la nuit pour l’octroi de tant de Sawáb (Grâces), mais il a pratiqué ce que faisait le Saint Prophète (SAW) (Hazrat Muhammad ki ada).  Le Zikr du Saint Prophète (SAW) fait parti du ZikrulLah – Allâh Paak ké Zikr ké sath  Mustafa ka Zikr bhi hota hai.

Read More

Khutba du Vendredi 28 Juillet 2017

Le sermon du vendredi 28 juillet, 2017, prononcé á la Jummah Musdjid par Allamah Mufti Muhammad Ishaaq Qadri Razvi

L’étiquette du Hâdj

Vendredi dernier, l’étiquette du Hâdj était axé sur la sincérité.  Il a été dit qu’il y a un grand lien entre le Hâdj et la sincérité.  On ne peut les séparer, tout comme on ne sépare pas le corps de l’âme.

Une deuxième étiquette du Hâdj, c’est l’accomplissement du Hâdj, par biais des moyens licites (halal maal).  Il y a , en effet, deux catégories du Hâdj :  (i) Hâdj-é-Mabroor (le Hâdj Acceptable) et (ii) Hâdj-é-Mardood (le Hâdj Rejetable).  Le Créateur  Accepte la première catégorie et  Rejette la deuxième.

Un des signes du Hâdj-é-Maqbool est par des moyens licites, tandis que le rejet est dû par les moyens illicites.  Selon le Hâdîç, celui qui va accomplir le Hâdj par les moyens licites, d’ès qu’il met les pieds dans le transport concerné et dit : ‘Labbaïk, Allahumma Labbaïk’ (Je suis présent 0 mon Créateur – Je suis présent 0 mon Créateur), la terre et le ciel répondent á son appel, en disant : ‘Labbaïk wassadaïk’ (Ta venue et ta présence sont sacrées) – ‘Téra aana, téra haazir hona mubarak ho’.  Cette réponse est faite avec honneur, c’est ce qui indique la Grâce de la nourriture licite (halal rozi).  Cette réponse, provenant de la terre et du ciel,  est le résultat du salaire et de la nourriture licite. La réponse est aussi une indication au croyant qui a fait usage du salaire, de la nourriture et du transport licites et que son Hâdj a été Accepté par le Créateur, avant l’accomplissement du Hâdj.  Pourtant, il n’a pas encore accompli le Hâdj, il a porté que l’Ehram.  La raison est qu’il a utilisé tous les moyens licites pour pouvoir accomplir le Hâdj – (yé pakeeza rizq ka kamaal hai).  Avant l’accomplissement du Hâdj, le message est parvenu au croyant que son Hâdj a été Accepté.

Par contre, celui qui utilise les moyens illicites (haraam maal) pour accomplir le Hâdj, et prononce ‘Labbaïk Allahumma Labbaïk’, il a comme réponse que ni sa présence, ni son Hâdj a été Accordé.  La raison est que sa nourriture, son transport et toute autre dépense proviennent des moyens illicites (haraam).  Il a comme réponse : «  Labbaïk la Sadaïk », c’est un rappel de la terre, aussi bien que le ciel qui sont au courant qu’il a utilisé ‘haraam maal’ (les moyens illicites) pour ce rite sacré.

Nos aînés savent qu’autrefois, les gens faisaient beaucoup d’attention pour l’accomplissement du cinquième pilier de l’Islam et avaient de la crainte de se servir de l’argent illicite pour l’accomplir.  Malheureusement, de nos jours, on n’a pas de la considération pour une telle étiquette, certaines personnes vont accomplir le Hâdj avec ‘haraam maal’ (l’argent illicite).  Beaucoup sont ceux qui disent qu’il n’y a pas de barkât dans telle et telle chose, ils oublient qu’ils sont eux-mêmes responsables d’une telle lacune.  On n’aura jamais de barkât en faisant usage des moyens illicites. On ne peut accepter et utiliser de l’argent provenant de n’importe quelle source.

En ce qui concerne la récompense du Hâdj Mabroor, rapporté par Hazrat Abu Huraira (ra), le Saint Prophète (SAW) a dit que celui qui accomplit l’Umrah, tous les petits pêchés commis avant l’accomplissement d’un deuxième Umrah sont Pardonnés par le Créateur.  ‘Hâdj ka kamaal’  (la grandeur du Hâdj) est telle que les grands pêchés sont également Pardonnés.  Puis, il a été mentionné que la récompense du Hâdj-é-Mabroor est le paradis.  Avant d’être accueilli au paradis, celui qui a le Taufîq d’être Accordé Hâdj-é-Mabroor, est Accordé le Faiz du Saint Prophète (SAW).  Il a en premier le Saint Prophète (SAW), puis le paradis.  ‘Jo Mehboob ka ho jata hai’, phir Hâdj Mabroor ka sila,jannat hai’. C’est un fait qui réconcilie aux versets du Naat Shareef :

*Mil gayé Mustafa aur kia chahiyé

*Hum RasulalLah ké jannat RasulalLah ki

On se rapproche du Sain Prophète (SAW) et on obtient son Faiz, et on a le paradis et ses Grâces.

Sab kuch khuda sé mang liya tujhé mangné ké baad

Outhté nahin méré haath ab iss du’a ké baad

Read More